Royaume-Uni : pas d'élections anticipées en vue

Au Royaume-Uni, la reine Elizabeth II a refusé lundi 9 septembre une sortie de l'UE sans accord. Boris Johnson a décidé de suspendre cinq semaines le Parlement qui s'est réuni une dernière fois lundi 9 septembre.

FRANCEINFO

Le Parlement devrait refuser l'organisation d'élections anticipées lundi 9 septembre, l'opposition ne soutiendra pas cette exigence de Boris Johnson, qui encaisserait une nouvelle défaite. Le Labour veut d'abord s'assurer que le Premier ministre demande un nouveau report du Brexit à l'UE. Mais celui-ci veut que le Royaume-Uni quitte l'UE le 31 octobre avec ou sans accord. Il préfère "mourir dans un fossé que de demander un report à Bruxelles".

Cinq semaines sans Parlement

Lundi soir, ce sera le dernier vote du Parlement avant une suspension de cinq semaines jusqu'au 14 octobre. C'est Boris Johnson qui avait voulu cette suspension, qui avait provoqué l'indignation. Certains accusent le Premier ministre conservateur de mettre tout en œuvre pour précipiter une sortie du Royaume-Uni sans accord, et la majorité des députés veut l'en empêcher à tout prix.

Le JT
Les autres sujets du JT
La Chambre des communes, à Londres, le 9 septembre 2019. 
La Chambre des communes, à Londres, le 9 septembre 2019.  (AFP)