Royaume-Uni : la Première ministre Theresa May remporte le vote de défiance organisé par son parti après l'accord sur le Brexit conclu avec Bruxelles

Cette victoire signifie que son parti ne pourra plus chercher à la déloger pendant un an.

La première ministre britannique Theresa May arrive au 10, Downing Street, à Londres, le 12 décembre 2018.
La première ministre britannique Theresa May arrive au 10, Downing Street, à Londres, le 12 décembre 2018. (EDDIE KEOGH / REUTERS)

Elle garde la tête de son parti et reste au 10, Downing Street. La Première ministre britannique Theresa May a échappé, mercredi 12 décembre, à la motion de défiance déposée par des parlementaires conservateurs, qui contestaient sa conduite des négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne et l'accord conclu entre Londres et Bruxelles. Appelés à se prononcer sur le maintien de la dirigeante à la tête du Parti conservateur, 200 députés ont exprimé leur confiance et 117 ont dit ne plus lui faire confiance.

Cette victoire signifie que son parti ne pourra plus chercher à la déloger pendant un an. Mais c'est tout de même un coup dur, car un gros tiers de son camp ne souhaite pas qu'elle reste Première ministre. 

Un peu plus tôt dans la soirée, Theresa May a déclaré aux élus conservateurs qu'elle ne conduirait pas la campagne du Parti conservateur lors des prochaines élections législatives, prévues normalement en 2022, actant son départ au terme de son actuel mandat. Elle a également assuré qu'elle ne convoquerait pas d'élections anticipées.