Pêche : Paris et Londres campent sur leurs positions

Publié Mis à jour
Pêche : Paris et Londres campent sur leurs positions
France Info
Article rédigé par
A.Moreau, C.Blanquart, T.Senaffe - franceinfo
France Télévisions

Boris Johnson et Emmanuel Macron se sont rencontrés lors du G20, mais la discussion sur le thème de la pêche devrait avoir lieu dimanche 31 octobre, lors de la COP26.

À Boulogne-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais, Maxime Fait est de plus en plus inquiet. Ce pêcheur ne dispose pas de la licence délivrée par le Royaume-Uni. Pour lui, il est impossible de se déplacer dans les eaux britanniques, sa zone de pêche est donc très réduite. En temps normal, il pêche l'encornet, une espèce qui évolue au large, mais cette année, il a fallu se rabattre sur la coquille St-Jacques et acheter 20 000 euros d'équipements. "Notre métier, c'est d'aller pêcher au chalut du côté anglais ou du côté français, mais pas de faire 36 métiers", regrette-t-il. 

Plusieurs milliers d'emplois mis en danger 

À quelques centaines de mètres du port, d'autres entreprises sont dans l'attente. Marine SAS reçoit 7 000 tonnes de saumon écossais chaque année. Elle va donc souffrir si la France met à exécution ses menaces de sanctions envers les Britanniques. "Si demain, on empêche le poisson de rentrer sur le marché français, on va vraiment se tirer une balle de pied, il s'agit de plusieurs milliers d'emplois", estime Arnaud Delegorge, directeur général de l'entreprise. Tous les acteurs du monde de la pêche espèrent que les tensions s'apaiseront entre la France et le Royaume-Uni d'ici au mardi 2 novembre. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.