Pêche : la France annonce des sanctions contre le Royaume-Uni, les pêcheurs craignent le pire

Publié Mis à jour
Pêche : la France annonce des sanctions contre le Royaume-Uni, les pêcheurs craignent le pire
France 3
Article rédigé par
A. Peyrout, C. Duval, R. Laurentin - France 3
France Télévisions

La France a annoncé mercredi 27 octobre la création de mesures de rétorsion contre le Royaume-Uni dès le 2 novembre si Londres n'attribue pas toutes les licences de pêche aux marins français. Les pêcheurs de Granville (Manche) sont désabusés, toute la filière est fragilisée. 

Depuis plusieurs mois, les pêcheurs de Granville, dans la Manche, démarrent leur bateau chaque matin, préoccupés. Après le Brexit, ils sont devenus persona non grata dans les eaux de l'île de Jersey, à quelques kilomètres des côtes françaises. Pour le moment, Jimmy Montreuil, patron-pêcheur du Rocalamauve, bénéficie d'une licence provisoire pour pêcher dans cette zone jusqu'à la fin de l'année. Mais après, c'est le saut dans l'inconnu. "On ne sait pas quel droit de pêche on va avoir, on ne sait rien", souffle-t-il. Sur 170 licences demandées, les autorités de Jersey les ont refusées à 75 bateaux français. 

Des sanctions contre le Royaume-Uni

Pour Jimmy Montreuil, aujourd'hui, la pêche des coquilles Saint-Jacques a été bonne. Un soulagement, car c'est la seule pêche qui lui est autorisée dans cette zone. "On a une tonne [...]. La force de Granville, c'est la polyvalence, quand un métier marche moins bien, on se rabat sur un autre. Là, c'est catastrophique", poursuit-il. Ceux qui ne pêchent pas dans les eaux anglaises craignent de voir tous les Français venir les concurrencer. "Il n'y aura pas assez de place pour tout le monde. Il y en a qui vont devoir mettre la clé sous la porte, c'est obligé", estime Malo Esnouf, patron-pêcheur du Fury. Des dizaines d'emplois français, qui dépendent de la pêche, sont en danger. Des sanctions ont été annoncées mercredi 27 octobre contre le Royaume-Uni.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.