"Le cognac français est déjà remplacé par du brandy canadien" : comment un patron de pubs anglais distille l'idée d'un Brexit sans accord

Dans l’un des établissements de la chaîne Wetherspoon, à Londres, les clients ne semblent pas gênés par la prosélytisme du grand patron, favorable à une sortie sèche de l'Union européenne.

Tim Martin, à la tête de Wetherspoon, une chaîne de pubs anglais, est partisan d\'un Brexit sans accord. 
Tim Martin, à la tête de Wetherspoon, une chaîne de pubs anglais, est partisan d'un Brexit sans accord.  (WILL OLIVER / EPA)

Outre-Manche, le Brexit alimente les conversations, notamment au pub. On ne s'y prive jamais de faire de la politique, comme l'a constaté franceinfo dans un établissement de la chaîne Wetherspoon, dont le patron défend le "leave means leave", le Brexit sans accord. 

Le Brexit : quand les pubs anglais prennent position - reportage à Londres d'Isabelle Labeyrie
--'--
--'--

À première vue, le Rockingham arms est un pub londonien comme un autre, carte de bières à rallonge et brouhaha permanent. Sauf que le grand patron de la chaîne à laquelle le pub est appartient s'appelle Tim Martin. Ce milliardaire est l’un des plus ardents défenseurs du Brexit. Et il ne s’en cache pas. Ryan, un habitué des lieux, confirme : "Il a fait sa propagande sur des sous-bocks, des newsletters ou dans ses magazines pour influencer sa clientèle. Mais ça ne me choque pas", explique ce client. 

Depuis l’échec de Theresa May face au Parlement, mardi, Tim Martin multiplie les interventions dans les médias. Il tire à boulets rouges sur la Première ministre et répète qu’une absence d’accord avec Bruxelles ne serait pas une tragédie, bien au contraire. "Tout ce que vous achetez en Europe peut parfaitement s’acheter ailleurs. On a déjà remplacé nos cognacs français par du brandy canadien, et il est où, le problème ?", s'exclame-t-il sur un plateau télé. Un ton souverainiste qui trouve écho chez ses clients, dont Peter, séduit. "Il faut qu’on parte le 29 mars, de manière définitive, et qu’on retrouve notre souveraineté en nouant des accords de libre-échange", lance-t-il, sûr de lui.

Ce scénario est de plus en plus probable, mais il n'est pas garanti. Ces défenseurs de la version dure du Brexit poursuivent leur lobbying...