Cet article date de plus de deux ans.

"Je veux que mon île s’unisse en paix" : le plaidoyer d’un ancien prisonnier de guerre nord-irlandais en faveur de la réunification de l’Irlande

Alors que les Nord-Irlandais ont voté contre le Brexit à 56%, l’accord conclu entre Londres et Bruxelles relance la question de la réunification de l’Irlande. franceinfo a rencontré à Newry, en Irlande du Nord, l’un de ses fervents partisans, ancien prisonnier de guerre.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Martin Mc Keown, membre du parti socialiste républicain et ancien prisonnier de guerre, ici à Newry, en Irlande du Nord. (VALENTIN DUNATE / RADIO FRANCE)

Le Royaume-uni est-il toujours "uni" ? Depuis le Brexit et l’accord signé entre Bruxelles et Londres, la question de la réunification de l’Irlande est relancée. Dans ce pays divisé en deux, depuis bientôt cent ans, les Nord-Irlandais ont voté contre le Brexit à 56% et se demandent désormais s’il n’est pas temps de quitter Londres pour rejoindre Dublin et la République d’Irlande. Parmi ces derniers, Martin Mc Keown, membre du parti socialiste républicain, rencontré à Newry, en Irlande du Nord, juste entre Belfast et Dublin.

Tantôt "terroriste", tantôt "combattant de la liberté"

À l’âge de 19 ans, Martin a perdu un bras lors de l’attaque d’une base militaire britannique. Vu d’Angleterre, il est donc considéré comme un terroriste. "C’est comme ça qu’ils me définissent, mais pour moi et mon peuple, je suis un combattant de la liberté", explique ainsi l'ancien activiste sous la pluie, devant l’ancienne caserne britannique qui trône au milieu du village.

"C’est ici qu’ils étaient basés. Les hélicoptères y décollaient toutes les neuf minutes, jour et nuit. Pour nous, c’est un rappel permanent de l’oppression britannique."

Martin Mc Keown

à franceinfo

Pourtant, ces militaires ont quitté les lieux en 1998 après un conflit de trente ans entre unionistes et nationalistes, qui a fait près de 3 500 morts. Depuis l’accord du "Vendredi Saint", les Nord-Irlandais sont libres de quitter le Royaume-Uni. Le Brexit vient d’accélérer le processus. "Je suis certain que dans les dix prochaines années, l’Irlande sera unie, insiste Martin. Tout va dans ce sens : la démographie au Nord de l’île par exemple ! Actuellement il y autant de nationalistes que d’unionistes, mais dans les cinq ans qui viennent, les nationalistes seront plus nombreux." "Et puis, poursuit-il, le Brexit a créé beaucoup de désaffection côté unionistes, ce qui augmente le nombre de personnes qui sont pour la réunification. C’est inévitable."

La balance penche vers une Irlande réunie

En effet, l’opinion est en effet de plus en plus favorable. Politiquement aussi, la balance penche en faveur d’une seule et même Irlande. Avec, en creux, l’expression masquée d’un sentiment de revanche contre les Britanniques ? Non, assure Martin Mc Keown.

"À quoi bon ? La revanche, ça changerait quoi ? Je veux la paix Je veux que mon île s’unisse en paix."

Martin Mc Keown

à franceinfo

"Il y a eu beaucoup de morts, beaucoup de souffrances des deux côtés, je ne veux pas qu’on revive ça, conclut Martin. On doit en discuter maintenant pour être sûr que ça ne se reproduise jamais." Et s’il fallait une preuve que Martin n’a rien contre les Anglais : deux de ses enfants étudient en Angleterre. Lui-même est supporter de l’équipe de foot de Liverpool. Mais son histoire, sa culture, font qu’il se sent 100% Irlandais.

Le plaidoyer d’un ancien prisonnier de guerre nord-irlandais en faveur de la réunification de l’Irlande - Reportage Valentin Dunate
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Brexit

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.