"J’ai du mal à voir comment ça peut marcher" : à Belfast, les Nord-Irlandais sceptiques face à l'accord conclu sur le Brexit

Malgré l'abandon du "backstop", l'accord trouvé jeudi entre le Royaume-Uni et l’Union européenne laisse les Nord-Irlandais dubitatifs. 

Une manifestation anti-Brexit à Belfast (Irlande du Nord) le 31 juillet 2019.
Une manifestation anti-Brexit à Belfast (Irlande du Nord) le 31 juillet 2019. (PAUL FAITH / AFP)

Dans les rues de Belfast, la majorité des Nord-Irlandais sont des "remainers", ces habitants opposés à une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE). Ce nouvel accord conclu jeudi 17 octobre entre les négociateurs britanniques et européens ne suscite donc pas d'enthousiasme au sein de la population, et ce malgré l'abandon du "backstop", l’Irlande du Nord devant être alignée sur le régime douanier européen. Mais certains irlandais sont tout simplement déçus qu’un accord ait été trouvé pour quitter l’UE, comme Angela. "On ne devrait pas quitter l’UE. Quel que soit l’accord, ce sera mauvais pour tout le monde. De ce que je comprends, ça n’est pas mieux que l’accord de Theresa May."

"Cela ressemble à un cache-misère"

Mais un deal, c’est toujours mieux que pas de deal du tout. Soulagé, Cormack a passé sa pause déjeuner les yeux rivés sur son téléphone pour lire les dernières infos. "Ce que je souhaite, c’est ce qui sera le mieux pour tous : qu’il n’y ait pas d’obstacle à la liberté de mouvement. Ils ont vraiment mis l’accent là-dessus pendant les négociations et je pense que c’est une bonne chose", soutient Cormack.

Apparemment, ce qu’ils ont proposé, c’est que l’Irlande du Nord reste dans le Royaume-Uni mais conserve les réglementations européennes.Cormackà franceinfo

"Cela ressemble à un cache-misère à mon avis. J’ai du mal à voir comment et si ça peut marcher," déplore Cormack.

Allan travaille pour une agence gouvernementale. Il a suivi de très près les négociations et même lui a du mal à comprendre, comment ça peut marcher. "C’est très complexe, plus que l’accord de Theresa May. Mais je ne suis pas à l’aise avec le fait de retenir tout le monde en otage, parce que nous sommes Nord-Irlandais. Alors j’espère vraiment qu’il y aura une issue positive."

La plupart des Belfastois refusent de s’enthousiasmer trop tôt : pour eux, le plus dur reste à faire, c’est-à-dire soumettre l’accord au parlement britannique, ce week-end.

A Belfast, les Nord-Irlandais dubitatifs après l'accord conclu sur le Brexit. Un reportage de Emeline Vin.
--'--
--'--