DIRECT. Brexit : Theresa May présente aux députés le report de la sortie de l'UE au 31 octobre

La dirigeante conservatrice doit s'exprimer en début d'après-midi devant les élus pour défendre ce deuxième report, lié au rejet par les parlementaires, à trois reprises, du traité de retrait de l'UE qu'elle a négocié avec Bruxelles.

La Première ministre britannique, Theresa May, au Parlement à Londres, le 10 avril 2019.
La Première ministre britannique, Theresa May, au Parlement à Londres, le 10 avril 2019. (MARK DUFFY / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Rebelote. La Première ministre Theresa May revient, jeudi 11 avril, devant les députés britanniques pour leur expliquer ce qu'elle compte faire du temps imparti par l'Union européenne, qui a accepté la veille de repousser le Brexit jusqu'au 31 octobre. La dirigeante conservatrice doit s'exprimer vers 14h15, heure française, devant les élus pour défendre ce deuxième report, lié au rejet par les députés, à trois reprises, du traité de retrait de l'UE qu'elle a négocié avec Bruxelles.

Le report peut à tout moment être raccourci. Les 27 se sont mis d'accord, à l'issue d'un sommet tendu à Bruxelles, sur un report au 31 octobre, pour éviter un divorce sans accord, près de trois ans après le référendum de juin 2016. Le report peut à tout moment être raccourci si les députés britanniques votent l'accord de retrait de Theresa May.

Theresa May espère encore une sortie le 22 mai. La Première ministre britannique a accepté ce report, même si elle avait plaidé plus tôt pour un délai jusqu'au 30 juin seulement. "Nous pouvons encore sortir le 22 mai", et éviter ainsi de participer aux élections européennes débutant le lendemain, a insisté Theresa May, soulignant qu'il suffisait pour cela que les députés donnent leur feu vert au traité de divorce.

Une série de votes indicatifs. Ne perdant pas espoir de convaincre les députés, Theresa May s'est engagée à leur proposer une série de votes indicatifs sur la future relation qu'ils souhaitent avec l'UE après le Brexit. Mais elle devra dans tous les cas leur représenter tel quel le traité de retrait, l'UE ayant signifié son refus de le rouvrir.

 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BREXIT

15h44 : Je vous rappelle que nous avons publié ce matin un quiz qui vous permettra de tester votre connaissance sur tous les rebondissements improbables qui se sont produits depuis le début des négociations sur le Brexit. Pour tenter votre chance (ou découvrir des anecdotes que vous ignoriez), c'est par ici.

15h24 : Mais Theresa May sera-t-elle longtemps en poste ? Ce matin, l'ancien ministre du Brexit, David Davis, expliquait à la BBC qu'après ce report, la Première ministre serait appelée encore plus fortement à démissionner : "La pression pour qu'elle s'en aille va radicalement augmenter." A la Chambre des communes, un député pro-Brexit l'a appelée à quitter son poste après "l'abjecte capitulation" de la veille. Theresa May a laissé entendre qu'elle n'en avait pas l'intention.

15h25 : "Arriver à un accord ne sera pas facile, parce que pour réussir, il faudra que les deux côtés fassent des compromis".


Theresa May s'est exprimée devant les députés britanniques tout à l'heure, au lendemain de l'accord donné par l'Union européenne pour un report du Brexit au 31 octobre. Elle a réitéré son opinion selon laquelle discuter avec l'opposition travailliste pour arriver à un compromis est le seul moyen d'arriver au Brexit.



(AFP)

14h28 : Voici les articles les plus lus sur notre site en ce début d'après-midi :

• L'humoriste Pierre Palmade en garde à vue dans une affaire de viol présumé.

• Brexit : les quatre contreparties demandées au Royaume-Uni après le nouveau report.

• Réfugié depuis 2012 à l'ambassade d'Equateur à Londres, Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, a été arrêté.

14h05 : Rappelons les principales informations de ce jeudi :

L'UE et la Première ministre britannique, Theresa May, se sont mis d'accord dans la nuit pour un report du Brexit, pouvant aller jusqu'au 31 octobre. Bruxelles demande néanmoins des contreparties importantes à Londres. Theresa May doit s'exprimer à 14h15 devant les députés britanniques.


Après quatre mois de mobilisation populaire contre le régime, l'armée a destitué le président Omar el-Bechir, au pouvoir depuis 1989, annonce le ministre soudanais de la Défense.

L'humoriste Pierre Palmade est en garde à vue à Paris, dans une enquête portant sur des soupçons de viol.

La très discutée loi Pacte, qui prévoit notamment la privatisation d'Aéroports de Paris, a été définitivement adoptée, après un vote des députés.

Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, a été arrêté ce matin à l'ambassade d'Equateur à Londres, après la révocation de l'asile qui lui avait été accordé par le pays d'Amérique du Sud. Il y était réfugié depuis 2012.

12h18 : Midi, faisons un nouveau point sur l'actualité :

Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, a été arrêté ce matin à l'ambassade d'Equateur à Londres, annonce la police britannique dans un communiqué. Il y était réfugié depuis 2012.


Une sortie de l'Union européenne reportée. Les dirigeants européens et la Première ministre britannique, Theresa May, se sont mis d'accord dans la nuit pour un report du Brexit, pouvant aller jusqu'au 31 octobre. L'UE demande néanmoins des contreparties importantes à Londres.


#CLIMAT Dans une tribune sur franceinfo, 14 ONG, dont Les Amis de la Terre et Greenpeace France, appellent à une "désobéissance civile" pour le climat le 19 avril, afin de "paralyser" "la République des pollueurs".


La loi anticasseurs a été promulguée par Emmanuel Macron et publiée au Journal officiel. Elle entre en vigueur aujourd'hui.