DIRECT. "J'irai jusqu'au bout" : face à ses détracteurs, Theresa May défend le projet d'accord sur le Brexit

Un peu plus tôt, dans la journée de jeudi, la Première ministre britannique s'est exprimée devant la Chambre des communes pour défendre le projet d'accord avec l'UE sur le Brexit, alors que quatre ministres ont démissionné de son gouvernement. 

La Première ministre Theresa May le 15 novembre 2018 devant la Chambre des communes, à Londres.
La Première ministre Theresa May le 15 novembre 2018 devant la Chambre des communes, à Londres. (AFP PHOTO / PRU)
Ce qu'il faut savoir

Theresa May est dans la tourmente après le projet d'accord sur le Brexit. La Première ministre britannique a donné une conférence de presse, jeudi 15 novembre, lors de laquelle elle a défendu le projet d'accord conclu avec l'UE comme "le meilleur pour [s]on pays". Jeudi matin, elle a défendu le compromis devant les députés britanniques dans une ambiance houleuse, les avertissant que c'était soit ça, soit accepter de sortir sans accord ou même renoncer au Brexit tout court.

Un député réclame un vote de défiance. Le député conservateur pro-Brexit, Jacob Rees-Mogg, a réclamé ce vote contre la Première ministre britanniqueDans sa lettre, dont l'AFP a obtenu copie, le député, qui est à la tête du puissant groupe parlementaire eurosceptique European Research Group (ERG), éreinte le projet d'accord.

Plusieurs démissions dans le gouvernement. Quatre ministres ont présenté dans la matinée leur démission en signe de protestation contre le projet d'accord sur le Brexit. Il s'agit de Dominic Raab, ministre chargé du Brexit, de Suella Braverman, secrétaire d'Etat au Brexit, d'Esther McVey, secrétaire d'Etat au Travail et aux Retraites et de Shailesh Vara, secrétaire d'Etat à l'Irlande du Nord. 

Un sommet le 25 novembre à Bruxelles. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a annoncé jeudi la tenue d'un sommet le dimanche 25 novembre pour signer le projet d'accord du Brexit conclu mercredi soir avec le Royaume-Uni.

La tâche complexe de Theresa May. La tâche s'annonce rude pour Theresa May puisque le projet d'accord sur le Brexit suscite un grand scepticisme et une mutinerie dans son propre camp, comme le prouvent les démissions de ministres. Le Parti conservateur est très divisé, entre partisans d'un Brexit dur et europhiles.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BREXIT

23h51 : "Des démissions, un putsch et une journée pleine d'hostilité. Mais May continue de se battre". La journée politique du Royaume-Uni résumée en quelques mots à la une du Guardian de demain.

19h22 : "En ce qui me concerne, il n'y aura pas de second référendum."

A la fin de sa conférence de presse, la Première ministre s'est adressée à ceux qui rêvent d'un deuxième référendum.

18h50 : Si vous l'avez manquée, voici la déclaration de Theresa May.




(FRANCEINFO)

18h33 : "Personne n'a trouvé de solution de rechange qui soit meilleure ou aussi bonne."

Theresa May répète que ce projet d'accord est le meilleur possible.

18h32 : "Est-ce que j'irai jusqu'au bout ? La réponse est oui."

18h31 : "Ils devront rendre des comptes à leurs électeurs."

Theresa May met en garde les députés qui voudraient refuser l'accord ou la faire tomber.

18h29 : Theresa May répond maintenant aux questions de la presse.

18h29 : "C'est un accord qui répond aux priorités du peuple britannique."

18h28 : "Des décisions douloureuses ont dû être prises. Je comprends que certains d'entre vous ne soient pas heureux de ces compromis, mais cet accord atteindra les objectifs que nous avons promis."

18h27 : "Je suis désolée qu'ils aient décidé de quitter le gouvernement et je les remercie d'avoir servi. Mais je crois au plus profond de moi que le chemin que j'emprunte pour le pays est le bon."

Theresa May réagit à la démission de membres de son gouvernement.

18h26 : Theresa May commence à s'exprimer. Vous pouvez l'écouter et la regarder sur franceinfo (avec traduction).

18h28 : Depuis le projet d'accord conclu cette semaine avec Bruxelles, le Royaume-Uni est plongé dans une nouvelle crise politique. On vous explique dans cet article pourquoi la Première ministre Theresa May est dans une situation très compliquée.


(PRU / AFP)

15h33 : Chef d'un groupe parlementaire de conservateurs pro-Brexit, Jacob Rees-Mogg, lui, réclame ce vote de défiance et il a envoyé sa lettre. Il s'est exprimé tout à l'heure devant une nuée de journalistes devant la Chambre des communes. S'il s'est défendu de viser le poste de leader de son parti, et donc de Premier ministre, il a estimé qu'il y avait "un flot de personnes talentueuses au sein du Parti conservateur qui seraient capables" d'obtenir un "véritable Brexit".

15h16 : Le comité chargé de recueillir les lettres de députés britanniques demandant un vote de défiance contre Theresa May n'a pas encore reçu les 48 missives nécessaires au déclenchement de ce vote, explique la BBC.

14h30 : Tout à l'heure, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré être "très contente qu'après de longues négociations pas toujours faciles, une proposition ait pu être formulée". Mais elle a estimé qu'il fallait "toujours garder à l'esprit" le risque qu'aucun accord ne soit finalement adopté avant la date officielle du Brexit.

14h32 : Le député conservateur pro-Brexit Jacob Rees-Mogg, leader d'un groupe parlementaire pro-Brexit, l'European Research Group (ERG), "a écrit la lettre" demandant un vote de défiance contre Theresa May, explique le député Simon Clark à la presse. Mais sera-t-il suivi par suffisamment d'autres parlementaires pour déclencher un vote ? Des journalistes sur place, cités par la BBC, expliquent que la question du timing fait débat au sein de l'ERG, actuellement réuni.

14h21 : Une motion de censure sera soumise au vote si 48 députés conservateurs au total en font la demande par lettre. May serait renversée si 158 députés conservateurs, sur 315, votaient la censure.

14h14 : Un député conservateur pro-Brexit va demander officiellement un vote de défiance contre Theresa May.

12h56 : A l'heure de la pause déjeuner, peut-être aurez vous plus de temps pour vous plonger dans certains de nos meilleurs articles publiés aujourd'hui :

• Les "gilets jaunes" parviendront-ils à mettre la France au point mort samedi ? Partout en France la contestation s'organise et des milliers d'actions sont prévues sur le territoires. Dans cet article, Kocila Makdeche vous raconte comment cette mobilisation est née et a grandi, jusqu'à devenir l'un des dossiers les plus chauds posés sur le bureau d'Emmanuel Macron.




Pas de bruit, pas d'odeur, pas de gaz d'échappement... Lorsque vous croisez une voiture électrique dans la rue, "l'effet propre" est immédiat. Le véhicule semble glisser sur le bitume sans laisser d'empreinte (écologique). Mais, si cette alternative risque de tenter de plus en plus d'automobilistes échaudés par les prix des carburants, est-elle si peu polluante qu'on le pense ? Robin Prudent s'est penché sur les problèmes environnementaux pas encore résolus des voitures électriques.




Le contenu de l'accord sur le Brexit est attendu avec impatience par les expatriés au Royaume-Uni, et notamment celle et ceux qui sont en couple avec des Britanniques, et s'inquiètent sur leur avenir. Et si le partenaire étranger devait quitter le territoire une fois le Royaume-Uni définitivement sorti de l'Union européenne ? Mathile Goupil a interrogé plusieurs de ces couples pour avoir leur sentiment.





12h28 : "Ce n'est pas l'accord qui a été promis à ce pays, et le Parlement ne peut pas – et ne va pas, je le crois – accepter un faux choix entre ce mauvais accord et aucun accord."

Le leader du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, vient d'affirmer clairement son opposition au projet d'accord sur le Brexit, suscitant des réactions d'approbation à la Chambre des Communes. Il estime que le texte "franchit même les lignes rouges du gouvernement" et "risque de laisser le pays indéfiniment à cheval [entre l'UE et la sortie totale] sans vraiment avoir son mot à dire".

12h16 : Vous ne suivez plus les étapes du Brexit ? Vous ne comprenez plus rien au processus ? Rassurez-vous, vous n'êtes pas les seuls. Un journaliste politique interrogé par la BBC lundi dernier a avoué être complètement perdu devant les négociations. La séquence, rythmée par ses petites mimiques, a été largement partagée. Je vous propose de la regarder :

11h56 : Le choix est entre le "no deal", "pas de Brexit du tout", ou bien "le meilleur accord que nous ayons pu négocier".

Au tour deJeremy Corbyn, leader du Labour de prendre la parole.

11h57 : C'est sous quelques huées que Theresa May a terminé la première partie de son intervention devant la Chambre des Communes. "Le peuple du Royaume Uni voudrait qu'on passe à autre chose", a tenté d'expliquer la cheffe du gouvernement britannique.




(FRANCEINFO)

11h46 : "Voter contre le projet d'accord reviendrait à retourner à la case départ."

Pour Theresa May, le choix est désormais entre un Brexit dur ou une union pour conclure le meilleur accord négocié.

11h42 : "On peut choisir de sortir sans accord, on peut prendre ce risque, ou on peut choisir de s'unir derrière le meilleur accord possible."

11h40 : "Nous allons de nouveau devenir un Etat insulaire indépendant."


11h38 : En évoquant un accord qui assure un départ "en douceur et ordonné" de l'Union européenne, Theresa May a déclenché quelques rires parmi les parlementaires... qui ont en tête que le ministre du Brexit vient juste de démissionner.

11h36 : Theresa May est en train de s'exprimer devant la Chambre des Communes, à Londres. Une intervention que vous pouvez suivre sur franceinfo (canal 27) en direct vidéo.






(FRANCEINFO)

11h35 : "Cela n'a pas été une décision facile", écrit Suella Braverman sur Twitter.




11h29 : Une quatrième démission dans le gouvernement britannique. La secrétaire d'Etat du Brexit jette l'éponge. Suivez notre direct.

11h35 : J'en profite pour vous glisser la une de nos confrères du Sun, qui tombe à point nommé. "We're in the Brexshit", titre le tabloïd britannique ce matin. Traduction : "On est dans la merdEU".

11h16 : "L'accord que vous avez présenté au gouvernement hier n'honore pas le résultat du référendum", écrit Esther McVey dans sa lettre de démission adressée à Theresa May.



(AFP)

11h15 : Une troisième démission au sein du gouvernement britannique : la ministre du Travail claque la porte pour s'opposer à l'accord sur la sortie de l'Union européenne. Suivez notre direct.

11h15 : Si le dossier du Brexit vous intéresse, sachez que franceinfo (canal 27) retransmettra en direct l'intervention de Theresa May à la Chambre des Communes à 11h30. Son discours sera traduit en simultané. Suivez notre direct.

10h49 : Ces derniers mois, le gouvernement britannique cherche à rassurer les expatriés européens. Les démarches pour rester sur le territoire britannique après le Brexit vont être grandement facilitées : un site internet sur lequel il faudra s'enregistrer devrait ouvrir "d'ici à mars 2019", avec seulement "six à huit" questions à remplir. Une source d'espoir pour les couples binationaux qui m'ont raconté leur histoire.

10h47 : Jusqu'à présent, le système fait beaucoup de déçus. Fin 2016, plus d'un quart des demandes de carte de séjour de la part de citoyens européens n'avaient pas abouti, relevait (en anglais) le Parti libéral britannique. C'est le cas de Bruno, un Français de 49 ans, dont vingt-trois passés outre-Manche. Le 30 mars 2017, au lendemain du déclenchement officiel du Brexit, il a donc quitté le pays de Galles pour la Norvège avec femme et enfant.

10h48 : D'autres ont décidé de ne pas attendre. Quelque 30 000 citoyens européens ont ainsi demandé la nationalité britannique entre juin 2016 et juin 2017, le double de l'année précédente, relate The Guardian (article en anglais), afin de s'assurer d'être toujours les bienvenus dans le royaume d'Elizabeth II.

10h44 : "On parle du Brexit, le fait est que c’est une inquiétude, on ne sait pas ce qui va se passer", me raconte ainsi Gaëlle, qui a eu le "coup de foudre" en 2017 pour Rob, un Britannique de 38 ans, alors qu'elle travaillait comme jeune fille au pair à Londres. Si Gaëlle devait être expulsée après le Brexit, les deux tourtereaux ont déjà décidé qu'ils se marieraient, dans l'espoir que cela permette à Gaëlle de rester.

10h43 : Gaëlle et Florina ont hâte de découvrir l'accord sur le Brexit. Ces jeunes femmes, l'une française et l'autre roumaine, ont en commun de vivre outre-Manche... avec un Britannique. Et pour ces couples binationaux, que j'ai interrogés, le Brexit est une sacrée angoisse. Et si le partenaire étranger devait quitter le territoire une fois le Royaume-Uni définitivement sorti de l'Union européenne ?



GAELLE

10h28 : La démission du ministre britannique du Brexit a des conséquences immédiates sur les marchés. La livre sterling a brusquement décroché ce matin. Elle a perdu environ 1% face au dollar. Vers 9 heures, une livre valait 1,2858 dollar, contre 1,2992 dollar hier soir. La devise retombe ainsi à son niveau de mardi, c'est-à-dire avant l'annonce du projet d'accord.

10h18 : C'est la deuxième démission de la matinée pour le gouvernement de Theresa May. Un peu plus tôt, c'est le secrétaire d'Etat britannique pour l'Irlande du Nord, Shailesh Vara, qui annonçait qu'il jetait l'éponge.

10h10 : "Je regrette d'avoir à annoncer que, dans la foulée du Conseil des ministres d'hier sur l'accord de Brexit, je dois démissionner", écrit Dominic Raab sur Twitter ce matin. Le plan de Theresa May menace l'intégrité du Royaume-Uni, estime-t-il.



(AFP)

10h10 : Le ministre britannique chargé du Brexit démissionne pour protester contre le projet d'accord trouvé entre Theresa May et l'Union européenne. Suivez notre direct.