Cet article date de plus de quatre ans.

Contre-faits. Royaume-Uni : la citoyenneté européenne obligera le pays à accorder le droit de résidence à de « violents criminels » après le Brexit ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Article rédigé par

C’est ce que suggère un article du « Daily Telegraph », qui affirme que les 4 millions de ressortissants européens qui demeurent actuellement au Royaume-Uni seront exemptés de contrôles sur leurs antécédents judiciaires au moment du Brexit.

D'un côté, la procédure de régularisation sera en effet simplifiée pour les ressortissants européens après le Brexit. C'était d’ailleurs l'une des demandes de Bruxelles sur les droits des citoyens européens résidant déjà légalement en Grande-Bretagne.

Une information incomplète

Mais ce que l’article ne dit pas, c’est que les ressortissants européens devront également fournir une preuve de leur résidence au Royaume-Uni et déclarer toute procédure criminelle dans laquelle ils auraient été impliqués par le passé. Il leur faudra donc fournir un historique détaillé de leurs éventuels antécédents judiciaires, que les procédures aient été engagées en Grande-Bretagne ou ailleurs.

Et en cas de soupçon, les autorités britanniques seront également en droit de demander des renseignements supplémentaires à leurs partenaires européens. Au final, et à l’opposé de ce qu’affirme le Daily Telegraph, cette procédure sera donc plutôt l’occasion pour les autorités britanniques de contrôler les Européens résidant sur leur territoire – et d’expulser d’éventuels criminels.

Présentation : Frédéric Simon, Préparation : Roxane Runel, Rédaction en chef : Caroline de Camaret  

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.