Conflit franco-britannique sur la pêche : les sanctions françaises sont "disproportionnées", alerte un représentant des mareyeurs

"Nos entreprises ont absolument besoin des produits britanniques", a prévenu ce vendredi sur franceinfo Aymeric Chrzan, secrétaire général de l'Union du mareyage français à Boulogne-sur-Mer. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les mareyeurs achètent les produits de la pêche et les vendent aux marchands et aux transformateurs (illustration). (RICHARD VILLALON / MAXPPP)

Les menaces de sanctions de la France à l'encontre du Royaume-Uni, dans le conflit qui oppose les deux pays sur les licences de pêche, sont "surdimensionnées" et "disproportionnées", a alerté vendredi 29 octobre sur franceinfo, Aymeric Chrzan, secrétaire général de l'Union du mareyage français à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais). Les mareyeurs sont les grossistes qui achètent les produits de la pêche et les vendent aux marchands et aux transformateurs.

Si mardi 2 novembre, Londres n'a pas lâché du lest et délivré davantage de licences aux bateaux français, Paris interdira aux navires britanniques de débarquer sur les côtes françaises pour vendre les pêches et renforcera les contrôles douaniers.

Filière menacée

"Nos entreprises ont absolument besoin des produits britanniques, qui représentent environ 25 à 30% de nos approvisionnements", explique Aymeric Chrzan, qui précise également que les importations de produits de la pêche britannique "sont supérieures à la totalité des produits vendus dans les criées françaises". "Les enjeux sont énormes pour toute la filière", alerte-t-il, pas seulement pour les mareyeurs mais aussi pour "les entreprises de transformation, de salaison". Sur les 5 000 emplois liés à la pêche à Boulogne-sur-Mer, 1 500 seraient menacés immédiatement selon lui.

Aymeric Chrzan appelle Londres à "respecter ses engagements", contenus dans l'accord de Brexit, et à délivrer les licences aux bateaux qui les attendent. Il appelle les dirigeants à trouver "une réponse mesurée, et à rapidement trouver les solutions dans l'intérêt mutuel" de la France et du Royaume-Uni.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Brexit

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.