Cet article date de plus de deux ans.

"C'est dévastateur pour Swindon" : dans l'ouest de l'Angleterre, la fermeture de l'usine Honda fait craindre un impact majeur sur l'économie locale

Mardi, le constructeur automobile japonais a annoncé la fermeture de son unique usine en Europe en 2021 entraînant la suppression de 3 500 emplois.

Article rédigé par
Aude Soufi - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L'entrée de l'usine de fabrication Honda à Swindon, dans le sud-ouest de l'Angleterre, le 19 février 2019. (ADRIAN DENNIS / AFP)

Honda fermera son usine dans l'ouest de l'Angleterre en 2021 avec la perte de 3 500 emplois a annoncé, mardi 19 février, le constructeur automobile japonais. Cette décision est "terrible pour Swindon et le Royaume-Uni", selon les mots du ministre britannique des Entreprises, Greg Clark. Elle l'est d'autant plus que cette annonce intervient deux semaines après celle de Nissan de ne pas construire son nouveau crossover en Angleterre.

Juste après l’annonce, mardi matin, les salariés ont été invités à rentrer chez eux, sous le choc de l'annonce de la fermeture de la seule usine européenne de Honda. Cette décision que le constructeur automobile impute aux bouleversements du marché automobile mondial et non au Brexit est un nouveau coup porté au secteur manufacturier du pays, notamment automobile. "C’est mon travail à temps plein, c’est ma vie donc maintenant techniquement je suis sans emploi", lâche un ouvrier.

Je pense que Swindon est fini sans Honda, c'est mon opinion.

Une habitante

à franceinfo

Dans cette ville de 220 000 habitants, tout le monde connaît quelqu’un qui travaille chez Honda. Le constructeur japonais est l’un des plus gros employeurs de la région. La décision de fermer l'usine "à la fin du cycle de production du modèle actuel", selon le communiqué de la société "est dévastateur pour Swindon", explique une habitante. Son ex-mari "y travaille depuis 20 ans", désormais "il va se retrouver sans travail", poursuit-elle.

Les 160 000 voitures assemblées dans l'ouest de l'Angleterre chaque année le seront ensuite au Japon et en Chine. C’est un peu plus de 10% de la production automobile totale du Royaume-Uni qui va disparaître. Un coup dur pour toute l’industrie du pays. "En gros pour un emploi sur la ligne d’assemblage, il y en a quatre en danger chez les sous-traitants et dans l’économie locale", estime Alan Tomala du syndicat Unite. Le calcul est donc le suivant, selon le syndicaliste : "Si on parle de 3 500 emplois en danger, vous multipliez par 4, on parle d’un nombre significatif. On parle d’un impact majeur sur l’économie locale."

Le constructeur japonais justifie son choix par la nécessité de revoir son modèle de production, en mettant l’accent sur les véhicules électriques, alors que les constructeurs automobiles du monde entier investissent de plus en plus dans des véhicules électriques plus écologiques que des véhicules diesel. Rien à voir dit-il avec le Brexit. Mais beaucoup à Swindon dénonce l’incertitude qui entoure la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne comme un facteur important.

Reportage d'Aude Soufi
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Brexit

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.