Brexit : Thesera May passe l'épreuve du vote de défiance

Le Première ministre britannique était menacée par son propre parti, hostile à son accord conclu avec l’Union européenne. 

Voir la vidéo
France 2

C'est très clairement une bouffée d'oxygène pour la Première ministre Theresa May qui, avec le résultat de ce vote s'achète une forme d'immunité. Durant un an, elle ne pourra pas être poussée dehors alors qu'elle est contestée par son propre parti conservateur. Et surtout, elle s'enlève une grosse épine du pied en mettant hors-jeu les tenants d’un Brexit dur à l'origine de cette défiance qui prône une rupture nette avec l'Union européenne, détaille jeudi 13 décembre le correspondant de France 2 à Londres Arnaud Comte. 

L'accord toujours remis en cause

Cela ne veut pas dire pour autant que Theresa May va réussir à ramener de Bruxelles des concessions sur le texte du Brexit. Les 27 États membres ont toujours fait preuve de fermeté. Il est hors de question de revoir en profondeur ce texte. En revanche, Theresa May pourrait obtenir une déclaration de soutien pour l'aider à revenir devant le Parlement britannique pour faire voter ce texte. Et même si le rapport de force n'est pas en sa faveur, la victoire de mercredi soir va lui donner un élan positif, conclut Arnaud Comte. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Theresa May devant le Parlement britannnique, le 10 décembre 2018 à Londres.
Theresa May devant le Parlement britannnique, le 10 décembre 2018 à Londres. (AFP)