Brexit : pour George Soros, "la désintégration de l'UE est pratiquement irréversible".

Le financier milliardaire appelle à une reconstruction complète de l'Union européenne, afin de la sauver.

George Soros, le 20 juin 2016 à Londres (Grande-Bretagne).
George Soros, le 20 juin 2016 à Londres (Grande-Bretagne). (LUKE MACGREGOR / REUTERS)

"Désormais, le scénario catastrophe que beaucoup redoutaient s'est concrétisé." Le Brexit rend "la désintégration" de l'Union européenne "pratiquement irréversible." Voilà l'analyse faite par le financier George Soros sur le site internet Project Syndicate, samedi 25 juin, après le vote d'une majorité des électeurs britanniques en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Avant même le référendum, le milliardaire avait mis en garde contre un risque d'effondrement financier en cas de majorité pour le "Leave". A l'en croire, les conséquences pour l'économie réelle seront comparables à la crise financière de 2007-2008. "Les marchés financiers du monde entier vont sans doute rester dans la zone de remous le temps que sera négocié le long et complexe processus de divorce politique et économique d'avec l'UE", prévient-il.

Une Union européenne en panne

Le magnat estime également qu'à court et moyen terme au moins, la Grande-Bretagne va pâtir sensiblement de la décision prise. "En quittant l'UE, la Grande-Bretagne se retrouvera peut-être au bout du compte, sans que cela soit sûr, plutôt dans une meilleure situation que d'autres pays ; mais son économie et ses habitants vont beaucoup souffrir, à court et moyen terme", avertit-il.

L'UE, continue Soros, est en panne et ne répond plus aux besoins et aspirations de ses habitants. Le financier appelle à une reconstruction complète de l'Union européenne, afin de la sauver. "Après le Brexit, nous tous qui croyons aux valeurs et aux principes que l'UE est censée porter doivent s'unir pour la sauver, en la reconstruisant complètement." Et il prohétise : "Je suis convaincu qu'à mesure que les conséquences du Brexit se manifesteront dans les semaines et les mois à venir, un nombre de plus en plus grand de gens nous rejoindront."