Brexit : Londres va permettre aux étudiants étrangers de rester deux ans après leur diplôme

Il s'agit ainsi de "recruter et garder les meilleurs talents internationaux", a déclaré la ministre des Entreprises et de l'Industrie Andrea Leadsom, mercredi.

La façade de Goldsmiths, University of London, à Londres (Royaume-Uni), le 13 août 2019.
La façade de Goldsmiths, University of London, à Londres (Royaume-Uni), le 13 août 2019. (TOLGA AKMEN / AFP)

Après le Brexit, le Royaume-Uni va permettre aux étudiants étrangers de rester deux ans sur son territoire une fois obtenu leur diplôme, a annoncé le gouvernement britannique, mercredi 11 septembre. Un laps de temps bien supérieur à ce qui est en vigueur pour l'instant. Actuellement, les étudiants étrangers peuvent rester jusqu'à quatre mois après la fin de leur parcours.

Il s'agit ainsi de "recruter et garder les meilleurs talents internationaux" mais également de favoriser de "futures avancées dans les sciences, la technologie, la recherche", a déclaré la ministre des Entreprises et de l'Industrie Andrea Leadsom à la radio BBC.

Hausse prévue de 30% d'étudiants étrangers

"Nous prévoyons d'augmenter le nombre des étudiants étrangers de 30%, pour arriver à 600 000 d'ici à 2030", a précisé Andrea Leadsom, "et l'un des moyens d'y parvenir est de leur permettre de travailler deux ans après l'obtention de leur diplôme car c'est dans l'intérêt du Royaume-Uni d'attirer les meilleurs et les plus brillants du monde entier".

"En quittant l'Union européenne, ce sera au gouvernement de définir notre politique migratoire", a-t-elle poursuivi, soulignant que "plutôt que d'être ouvert à la seule libre circulation avec l'UE, le Royaume-Uni va pouvoir profiter d'un vivier de talents mondial. C'est pour nous un avantage formidable". Les nouvelles règles doivent entrer en vigueur pour les étudiants qui commenceront leur cursus l'année prochaine.