Brexit : Londres et Bruxelles annoncent avoir trouvé un accord sur leurs relations commerciales après la fin de la période de transition

L'accord "protègera les intérêts européens" et "posera les bases d'une relation solide" avec Londres, a assuré la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors d'une rencontre à Bruxelles, le 9 décembre 2020. (COMMISSION EUROPEENNE / AFP)

"Nous pouvons finalement laisser le Brexit derrière nous." Alors que le Royaume-Uni et l'Union européenne se préparaient à continuer les négociations en 2021, Londres et Bruxelles ont trouvé un accord sur leurs futures relations commerciales, jeudi 24 décembre, a annoncé Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne. Une issue qui évite le redouté "no deal" à l'issue de la période de transition qui s'achèvera au soir du 31 décembre, un an après la sortie officielle du Royaume-Uni de l'Union européenne.

>> Brexit : suivez les réactions à la fin de ce feuilleton dans notre direct.

"C'est un accord juste et équilibré", a assuré Ursula von der Leyen lors d'une conférence de presse. "Il permettra d'éviter des perturbations majeures pour les travailleurs, les entreprises et les voyageurs après le 1er janvier""protégera les intérêts européens" et britanniques et "posera les fondations solides d'un nouveau départ avec un ami de longue date", a-t-elle énuméré.

"Nous avons repris le contrôle"

"Nous serons vos amis, vos alliés et votre premier marché", a promis Boris Johnson à l'adresse des Européens lors d'une conférence de presse. "Ce pays reste culturellement, émotionnellement, historiquement, stratégiquement et géopolitiquement attaché à l'Europe".

Il a cependant présenté cet accord comme une victoire : "Nous avons repris le contrôle de nos lois et de notre destin" a-t-il déclaré, reprenant un des slogans des partisans du Brexit. Un peu plus tôt, c'est avec l'image de bras levés en signe de triomphe qu'il avait confirmé sur Twitter la conclusion des négociations.

Des concessions sur la pêche

Selon les termes de cet accord, les universités et les étudiants britanniques vont quitter le programme d'échange Erasmus, a annoncé avec regret le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier. Il ne sera donc plus possible, pour des Européens, d'aller étudier au Royaume-Uni dans le cadre de ce programme Erasmus.

L'accord demandera par ailleurs des "efforts" aux pêcheurs européens, dont le sort était un des points de tension lors des négociations, a reconnu Michel Barnier, qui a promis qu'ils seraient "accompagnés" par l'UE.

Le texte assure "une base d'accès réciproque aux eaux et ressources, avec une nouvelle répartition des quotas et des opportunités de pêche", a-t-il expliqué. Mais les pêcheurs européens devront renoncer à une partie de leurs prises dans les eaux britanniques à l'issue d'une période de transition de cinq ans et demi, alors que l'UE plaidait pour qu'elle dure quatorze ans.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.