Brexit : les pêcheurs bretons craignent une sortie sans accord

Les pêcheurs bretons redoutent un Brexit sans accord. Ils craignent qu'en interdisant l'accès aux eaux anglaises, la Manche ne soit saturée côté français.

FRANCE 3

Avec neuf tonnes de poisson à son bord, l'Itasca rentre à son port, dans le Finistère. Aux commandes de ce navire, Gwendal Boezennec, pêcheur de père en fils depuis trois générations. Il explique travailler en plein milieu de la Manche, côté britannique et se dit très inquiété par le Brexit. En Bretagne, 80% des prises s'effectuent dans les eaux anglaises, 600 bateaux vont pêcher 95 000 tonnes de poissons dans ces zones chaque année.

Trop d'Européens dans les eaux françaises ?

"Si on se retrouve tous en Manche côté français (...) avec les Hollandais et les Belges qui viendraient dans les eaux françaises, ça va faire de la surpêche et ce ne sera plus rentable", redoute Dominique Thomas, représentant des hauturiers de Côtes-d'Armor. Mais certains professionnels restent optimistes, car ils nourrissent l'espoir d'un accord qui conviendrait aux deux parties : les Européens pourraient continuer à pêcher dans les eaux britanniques et les Anglais continueraient à vendre leurs excédents de poissons sur le continent. 

Le JT
Les autres sujets du JT
(MARCEL MOCHET / AFP)