Brexit : les députés britanniques rejettent à une large majorité l'accord négocié par Theresa May avec l'Union européenne

Contre : 432 ; pour : 202. Les députés britanniques ont largement dit non, mardi soir, au texte négocié par la Première ministre et l'UE, qui n'avait que peu de chances d'être approuvé.

Les députés britanniques se prononcent pour ou contre l\'accord sur le Brexit, le 15 janvier 2019, à Londres (Royaume-Uni).
Les députés britanniques se prononcent pour ou contre l'accord sur le Brexit, le 15 janvier 2019, à Londres (Royaume-Uni). (HO / PRU)

"It is a no." La Chambre des communes britannique a massivement rejeté, mardi 15 janvier, l'accord passé entre Theresa May et les Etats membres de l'Union européenne sur le Brexit : 432 députés ont voté contre et 202 pour. Dans le détail, 118 députés conservateurs ont voté contre l'accord sur le Brexit défendu par Theresa May, fait remarquer un journaliste sur Twitter. La Première ministre britannique se trouve face à un rejet massif d'une partie de ses troupes.

L'accord validé par le gouvernement britannique et par l'Union européenne est un document de 585 pages, contenant 185 articles. Il prévoyait notamment une période de transition, du 30 mars 2019 au 31 décembre 2020. Le chef du Labour, Jeremy Corbyn, a estimé que le résultat du vote est "une défaite catastrophique" pour le gouvernement conservateur de Theresa May. Il a donc décidé de présenter une motion de défiance contre l'exécutif. Elle sera débattue mercredi et votée dans la soirée. 

Un "plan B"

Visiblement abattue, Theresa May a expliqué que "La Chambre des communes a parlé et ce gouvernement écoutera". Si elle garde la confiance du Parlement, la Première ministre aura jusqu'à lundi 21 janvier pour présenter un "plan B" aux députés. Elle s'est engagée à discuter avec les différents partis "dans un esprit constructif", mais a appelé les parlementaires à "se concentrer sur les idées qui sont véritablement négociables et ont un soutien suffisant de cette chambre".

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a aussitôt réagi au vote. "Si aucun accord n'est possible, et que personne ne veut une absence d'accord, qui aura enfin le courage de dire quelle est la seule solution positive ?" a-t-il écrit sur Twitter. Le rejet de l'accord négocié a accru le risque d'un divorce sans accord, a pour sa part estimé le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. "J'appelle le Royaume-Uni à clarifier ses intentions dès que possible. Le temps est presque écoulé", a-t-il déclaré.