Brexit : le Royaume-Uni et la Commission européenne trouvent un compromis sur le divorce

La première phase de négociation du Brexit vient de connaitre un coup d'accélérateur : la première ministre Theresa May et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, sont parvenus à un accord de principe sur les modalités de leur divorce. 

FRANCE 3

Lorsqu'ils arrivent côte à côte ce vendredi 8 décembre, Theresa May et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, peuvent afficher un sourire timide. Pour la première fois depuis le début des négociations sur le Brexit, un compromis est trouvé pour passer à la seconde phase des discussions. Après une longue nuit de nouvelles négociations, un accord a été trouvé sur les dossiers jugés prioritaires. Il s'agit du droit des citoyens expatriés, d'un accord sur la facture à payer par le Royaume-Uni, et de garanties concernant la frontière avec l'Irlande du Nord. Theresa May confirme par ailleurs qu'elle veut maintenir les liens avec l'Union européenne pendant une phase de transition estimée à deux ans, comme elle s'y était engagée en septembre dernier. 

Facture du divorce : de 45 à 55 milliards d'euros

Mais derrière la satisfaction affichée, les interrogations subsistent. Le négociateur en chef de l'Union européenne se refuse ainsi à évoquer le montant de la facture britannique, estimée entre 45 à 55 milliards d'euros. Quant au président du conseil de l'Union européenne, il ne cache pas sa prudence : "Souvenons-nous que les défis les plus difficiles restent à relever", a déclaré Donald Tusk. "Nous savons tous que rompre est dur, mais rompre et construire une nouvelle relation est beaucoup plus difficile". L'accord définitif validant la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne est censé être bouclé en octobre 2018, pour un retrait effectif en mars 2019. 

Le JT
Les autres sujets du JT
La Première ministre britannique, Theresa May, et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, le 8 décembre 2017, à Bruxelles (Belgique).
La Première ministre britannique, Theresa May, et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, le 8 décembre 2017, à Bruxelles (Belgique). (EMMANUEL DUNAND / AFP)