Brexit : la presse britannique prend parti

A trois jours du référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, chaque journal choisit son camp et tente de convaincre ses lecteurs.

La une du \"Sun\", tabloïd britannique favorable à la sortie du Royaume-Uni de l\'UE, le 14 juin 2016.
La une du "Sun", tabloïd britannique favorable à la sortie du Royaume-Uni de l'UE, le 14 juin 2016. (DANIEL SORABJI / AFP)

Accablé par le meurtre de la députée Jo Cox, le Royaume-Uni a suspendu la campagne sur le maintien au sein de l'Union européenne. Le temps de panser ses plaies. Mais après plusieurs jours de deuil et à trois jours du référendum, la campagne reprend, lundi 20 juin.

Et dans ce compte à rebours final, c'est à la presse britannique d'essayer de peser dans la balance. Chaque journal choisit son camp et fourbit ses arguments.

Les "out" : ils veulent quitter l'UE

- The Sun

Le tabloïd anglais, journal le plus vendu au Royaume-Uni, est explicite. "Nous sommes sur le point de prendre la décision politique la plus importante de nos vies. Le Sun presse chacun de voter 'quitter'". Et d'inciter à se libérer de "la dictature de Bruxelles".

- The Daily Mail

Deuxième poids lourd de la presse britannique, le Daily Mail (article en anglais) partage la position du Sun. Dès décembre, le journal demandait au Premier ministre de soutenir le camp du "leave" (quitter), avec pour argument qu'un "retrait est la seule façon que nous aurons jamais de contrôler l'immigration de masse dans ce pays". Selon l'université d'Oxford (en anglais), le Daily Mail a publié les articles les plus favorables au départ de l'UE.

- The Sunday Times

Le Sunday Times (article en anglais) voudrait une nouvelle approche avec l'Europe : "Oui, nous devons être prêts pour un voyage mouvementé, mais nous devons rester maîtres de nos nerfs. Ce vote sera peut-être l'opportunité que nous n'aurons plus jamais de mettre un terme à la marche du projet centralisateur de l'Europe."

- The Sunday Telegraph

Journal conservateur, le Sunday Telegraph estime que l'Union européenne appartient au passé et qu'en choisissant de la quitter, le Royaume-Uni pourrait décider de qui il souhaite accueillir pour travailler sur son sol. Philippe Bernard, correspondant du Monde à Londres, observe, à l'instar de l'université d'Oxford, que "la peur des migrants" est le "principal argument des partisans du Brexit à la une des tabloïds".

Les "in" : ils veulent rester dans l'UE

- The Times

Le Times (article en anglais) a attendu la fin de la campagne pour se prononcer. Samedi, le journal a titré en une et sans ambage : "Pourquoi rester est mieux pour la Grande-Bretagne." Le quotidien émet des réserves sur les orientations prises par l'Union européenne, mais s'alarme plus encore des risques économiques d'un départ. Il propose de rebâtir une Europe davantage tournée vers le libre-échange.

- The Mail on Sunday

Journal de droite, le Mail on Sunday (article en anglais) milite pour un "travail avec, et non contre, nos partenaires européens", afin de "participer à l'élaboration de sa destinée". Il ajoute qu'il "croit en un avenir sûr, libre et prospère pour ce pays fier. Et c'est pourquoi nous vous exhortons, vous lecteurs, à ne pas faire un saut dans l'obscurité. Votez pour rester dans l'Union européenne (...)."

- The Observer

Sans surprise, The Observer (article en anglais), journal classé à gauche, incite ses lecteurs à se prononcer pour le maintien, même s'il considère que l'UE n'est pas exempte de défauts : "Rester dans l'Union européenne ne va pas éliminer comme par magie les défis qu'affronte la Grande-Bretagne dans les années à venir. Mais si c'est ce que nous choisissons, cela maintiendra la Grande-Bretagne au cœur du projet réformateur de l'Europe (...)." Pour le journal, "l'Union européenne reste l'expression de la croyance que les démocraties libérales peuvent faire davantage en agissant ensemble que seules. Nous ne devons pas tourner le dos à cela."

- The Daily mirror

Pour le Daily Mirror (article en anglais), les pro-Brexit "accusent l'Europe et l'immigration des problèmes qu'ils ont eux-mêmes créés". Le journal estime que "les migrants et l'UE n'ont pas créé les soupes populaires ou affamé la Sécurité sociale. Les deux ont été créés par la Grande-Bretagne quand les Tories (droite) étaient au pouvoir."

Pour le Daily Mirror, le pays serait "plus pauvre s'il quitte l'Europe". Le journal, traditionnellement opposé aux Tories approuve même leur leader, le Premier ministre David Cameron, qui milite pour le maintien.

- The Guardian

"L'Europe est le pire choix –en dehors de l'alternative", titrait le Guardian (article en anglais), référence des journaux britanniques, dans une récente tribune dont le titre rappelle le célèbre aphorisme de Winston Churchill : "La démocratie est le pire des régimes... à l'exception de tous les autres qui ont été essayés."

Dans sa tribune, l'auteur s'attaque avec violence à Londres et à Bruxelles, mais estime que faire le choix du départ serait la pire des décisions, tout en admettant que ce n'est pas une raison très séduisante de choisir l'UE.

- The Financial Times

Comme le Guardian, le Daily Telegraph ou le Times, le Financial Times met l'accent sur des arguments portant sur les risques économiques d'un Brexit. Mercredi 15 juin, le journal a titré dans un éditorial (en anglais) : "La Grande-Bretagne devrait voter pour rester dans l'UE". Il conclut que les Britanniques ont "une contribution à faire pour un monde plus prospère, plus sûr"