Brexit : la Première ministre britannique Theresa May réclame à l'Union européenne un report de la sortie jusqu'au 30 juin

La commission européenne estime qu'une prolongation du délai doit soit durer jusqu'au 23 mai, date du début des élections européennes, soit être plus longue et impliquer une participation du Royaume-Uni à ce scrutin.

La Première ministre britannique Theresa May face aux députés britanniques, à Londres (Royaume-Uni), le 20 mars 2019.
La Première ministre britannique Theresa May face aux députés britanniques, à Londres (Royaume-Uni), le 20 mars 2019. (PRU / AFP)

Le Brexit pourrait ne pas avoir lieu le 29 mars. La Première ministre britannique Theresa May a annoncé, mercredi 20 mars, avoir officiellement demandé à l'Union européenne un report du Brexit jusqu'au 30 juin. "J'ai écrit ce matin au président du Conseil européen Donald Tusk pour l'informer que le Royaume-Uni souhaitait une extension de l'Article 50 [du traité de Lisbonne, qui régit la sortie d'un pays de l'UE] jusqu'au 30 juin", a-t-elle déclaré devant le Parlement. Ce n'est pas une surprise : la veille, elle avait annoncé son intention de faire cette réclamation.

La commission européenne estime qu'une prolongation du processus doit soit durer jusqu'au 23 mai, date du début des élections européennes, soit être plus longue et impliquer une participation du Royaume-Uni à ce scrutin. Dans un document, l'exécutif européen précise qu'une prolongation jusqu'au 30 juin serait légalement et politiquement difficile.

Risque de "no deal"

Le report du Brexit doit être approuvé à l'unanimité par le Conseil européen, qui réunit les dirigeants des Etats membres. La décision sera prise lors du sommet européen prévu le 21 mars, à Bruxelles, soit seulement huit jours avant la date initiale du Brexit.

Bruxelles est prête à accepter cette demande, à condition qu'elle soit motivée. "La position de la France est simple : il faut que la Première ministre britannique nous explique pour combien de temps, pour quoi faire et qu'elle donne des garanties", a fait valoir le porte-parole du gouvernement à l'issue du Conseil des ministres, mercredi. 

"Il ne faut spéculer sur aucun scénario mais il revient à Londres de formuler des propositions", a insisté Benjamin Griveaux. En cas de rejet de la demande de Theresa May, le Royaume-Uni risquera donc plus que jamais une sortie brutale de l'Union européenne.