Brexit : l'UE divise les patrons du Royaume-Uni

1 300 grandes entreprises britanniques ont défendu le maintien dans l'UE ce mercredi 22 juin. Mais tous les entrepreneurs ne sont pas d'accord.

France 3

Lance Forman est à la tête d'une des plus vieilles saumoneries de Londres. C'est un farouche partisan du Brexit. "L'économie européenne est un poids mort. Il faut nous libérer", selon lui. Olly Stevens dirige un magasin de vélo adossé à un café. Il pédale en faveur de l'UE. "Les grands défis, économie, sécurité, environnement, sont globaux. Nous les surmonterons si nous appartenons à un grand ensemble. Tout seul, c'est impossible", estime le PDG de The Velo House.

De "vraies opportunités" économiques

Deux visions du futur du Royaume-Uni, mais une même fierté. Pour Forman, qualité et tradition familiale s'inscrivent désormais dans la logique de la mondialisation : "Nos emballages viennent de Turquie. Mon designer graphique est en Argentine. Mon poisson provient d'Alaska ou de Chine". Mondialisation, mais aussi régulation pour Olly Stevens, qui préfère coller au peloton européen. "Je vends des vêtements suédois, des vélos britanniques produits en Italie et des vélos allemands. Le marché européen crée de vraies opportunités. Ce n'est pas un frein à l'innovation". Un marché aux règles bureaucratiques trop tatillonnes, notamment en matière de santé, s'insurge Lance Forman.

 

Le JT
Les autres sujets du JT