Brexit : John Bercow, l'inénarrable président de la Chambre des communes, va quitter ses fonctions

Cette personnalité incontournable de la scène parlementaire a assuré pendant dix ans l'équivalent de la fonction de président de l’Assemblée nationale outre-Manche. 

John Bercow à la Chambre des communes, à Londres (Royaume-Uni), le 9 septembre 2019. 
John Bercow à la Chambre des communes, à Londres (Royaume-Uni), le 9 septembre 2019.  (AFP)

Il s'était imposé comme une figure des débats depuis le début des négociations sur le Brexit. John Bercow, président de la Chambre des communes, a annoncé lundi 9 septembre, qu'il démissionnerait de son poste au plus tard le 31 octobre, date prévue du divorce avec l'Union européenne. 

Personnalité incontournable de la scène parlementaire, John Bercow, 56 ans, considéré comme plutôt favorable au camp anti-Brexit, a joué un rôle-clé dans le feuilleton du Brexit, avec des interventions souvent cinglantes et des décisions parfois critiquées.

>> Brexit : cinq choses à savoir sur John Bercow, le speaker de la Chambre des communes devenu la bête noire du gouvernement

Ces derniers mois, le "speaker" a été régulièrement accusé de partialité, les partisans du Brexit lui reprochant de jouer avec les règles parlementaires à leur détriment, malgré une fonction lui imposant de rester neutre. Fin août, il avait qualifié de "scandale constitutionnel" la décision du Premier ministre Boris Johnson de suspendre le Parlement dans la dernière ligne droite avec le Brexit.

"Order !" 

Avec sa robe de soie noire et ses cravates criardes, il lui revenait le privilège de diriger les débats, à coups de rappels à l'ordre ("Order !") tonitruants et de répliques truculentes. Surtout, son interprétation personnelle – et libérale – de ses attributions lui ont conféré un rôle plus décisif que celui de ses prédécesseurs. Les larmes aux yeux, il a évoqué lundi "un endroit merveilleux, rempli très largement de gens motivés par leur notion de l'intérêt national, leur perception du bien commun et leur sens du devoir, non comme de simples délégués mais comme des représentants chargés de faire ce qu'ils croient bon pour notre pays".