Brexit : crise politique au Royaume-Uni

Deux ministres importants ont quitté le gouvernement de Theresa May au Royaume-Uni lundi 9 juillet. Le ministre en charge du Brexit et le chef de la Diplomatie Boris Johnson dénoncent la sortie en douceur de l'UE.

Voir la vidéo
France 3

L'imprévisible Boris Johnson, ministre des Affaires étrangères, a démissionné du gouvernement de Theresa May avec fracas lundi 9 juillet. Partisan acharné de la séparation avec l'Union européenne, il s'est expliqué dans une lettre : "Le rêve du Brexit se meurt. Nous nous dirigeons vers un statut de colonie de l'Union européenne". Sa démission suit de quelques heures celle d'un autre symbole, David Davis, ministre du Brexit en personne. Il estime que le camp britannique ne se montre pas assez dur lors des négociations avec Bruxelles.

Le gouvernement en péril

Ces deux démissionnaires veulent un Brexit dur dans lequel la Grande-Bretagne n'obéirait plus au droit européen, ne donnerait plus d'argent à l'UE, supprimerait la libre circulation des personnes et paierait des droits de douanes pour avoir accès au marché européen. Theresa May défend un Brexit doux dans lequel la Grande-Bretagne aurait accès au marché européen en contrepartie d'une participation au budget de l'UE, à la libre circulation des personnes et des marchandises et à une obéissance aux lois européennes. Cet après-midi, devant les parlementaires, elle ne s'est pas montrée très optimiste sur les négociations avec l'UE. Si dans le sillage de ces démissions, d'autres conservateurs suivaient, le gouvernement de Theresa May pourrait être renversé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, le 14 mars 2018 à Londres. 
Le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, le 14 mars 2018 à Londres.  (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)