Alimentation : les magasins Marks&Spencer, victimes du Brexit

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Alimentation : les magasins Marks&Spencer, victimes du Brexit
Article rédigé par
M.Boisseau, M.Perrier, E.Delevoye, L.Soudre - France 2
France Télévisions

Onze magasins Marks&Spencer sur les 20 implantés en France vont devoir fermer. C'est en partie lié au Brexit : avec les durcissements des contrôles aux douanes, les livraisons de produits frais ne peuvent se faire dans les temps, et le groupe était déjà en perte de vitesse.

Onze magasins Marks&Spencer sur les 20 implantés en France vont devoir fermer. C'est en partie lié au Brexit : avec les durcissements des contrôles aux douanes, les livraisons de produits frais ne peuvent se faire dans les temps, et le groupe était déjà en perte de vitesse.

Des rayons clairsemés et, parfois, presque vides. Plus assez de plats préparés, de salades et de sandwiches. C'est devenu monnaie courant dans certains magasins Marks&Spencer de Paris. Voilà les conséquences du Brexit qui paralysent la chaîne d'approvisionnement depuis le Royaume-Uni, à tel point que le géant anglais capitule. Onze magasins vont fermer à Paris et en proche banlieue, sur 20 dans l'Hexagone. Une centaine d'emplois est menacée, et les clients sont déçus.

Encore 12 à 18 mois

Avec le Brexit, le transport est devenu plus long depuis le Royaume-Uni. Contrôles douaniers, sanitaires, un problème majeur pour la livraison des produits frais ou réfrigérés. Dans ses magasins en République Tchèque, la firme a décidé de ne miser que sur le surgelé, plus résistant aux longs voyages. Cette option n'a pas été retenue pour la France. Toute la grande distribution Britannique souffre, et est frappée d'un manque de main-d'œuvre européenne. "Cela pourrait prendre 12 à 18 mois pour que ces problèmes d'approvisionnement soient résolus", explique Duncan Weldon, journaliste à The Economist.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Brexit

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.