Cet article date de plus de dix ans.

La France condamnée pour le suicide d'un détenu

Trois ans après le suicide d'un détenu à la prison de la Santé (Paris), l'Etat français a été condamné par la Cour européenne des droits de l'Homme, notamment pour violation de l'interdiction des traitements inhumains et dégradants.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Le 24 mai 1999, Kamel Ketreb, un polytoxicomane en détention provisoire depuis près d'un an, s'était pendu dans sa cellule de la prison de la Santé (Paris). En dépit d'une personnalité "limite" évaluée par les psychiatres et de deux tentatives de suicide au cours des mois précédents, il avait été placé en cellule disciplinaire par les surveillants.

La Cour européenne des droits de l'Homme a décidé de condamner la France pour "violation du droit à la vie" et "violation de l'interdiction des traitements inhumains et dégradants". La Cour de Strasbourg juge notamment que les 15 jours de quartier disciplinaire n'étaient "pas compatibles avec le niveau de traitement exigé à l'égard d'une personne atteinte de tels troubles mentaux".

Les deux sœurs du défunt, à l'origine de la requête devant les instances européennes, obtiennent 40.000 euros au titre de leur dommage moral.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.