Cet article date de plus de neuf ans.

La Belgique en deuil fera silence demain à 11 heures

Fixée à demain, la journée de deuil national en Belgique sera marquée par une minute de silence à 11 heures. Les premières dépouilles seront rapatriées aujourd'hui.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Le gouvernement belge a
choisi la journée de demain pour marquer le deuil national. Une minute de
silence sera respectée à 11 heures, notamment dans les écoles et les
administrations, en mémoire des 28 passagers, dont 22 enfants, qui ont trouvé
la mort dans un accident de bus mardi soir en Suisse.

Le Premier ministre a
aussi précisé que les premières dépouilles seront rapatriées en Belgique en fin
de journée. Trois des 24 enfants
blessés sont dans un état trop grave pour être transportés. D’autres ont
commencé à rentrer en Belgique par avion ou en voiture avec leurs parents.

"Allez, on va aller à l'école, d'accord ?" - une mère à sa fille

Le travail de deuil a commencé dans les écoles touchées par ce drame. "Mon fils Max, qui a 11 ans, connaissait plusieurs élèves morts là-bas. Il a beaucoup pleuré hier ", confie un père d'élèves à l'école de Lommel. Sept de leur camarades ne reviendront pas de leurs vacances en Suisse. Ce matin, Max est pourtant allé en cours. Un peu à reculons, comme beaucoup d'enfants de la commune. "Allez, on va aller à l'école, d'accord ? " glisse une mère à sa fille devant la grille de l'établissement.

L'école Saint-Lambertus d'Heverlee attend le retour de ses 17 élèves blessés. Un instituteur de l'établissement de la banlieue de Louvain (Brabant flamand) est mort dans l'accident. Depuis hier, des habitants déposent des fleurs au pied du mur de l'école. A l'intérieur, les cours et les parties de football ont repris, mais des psychologues sous là pour écouter ceux qui veulent parler, enfants comme adultes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.