L'incendie qui faisait rage depuis trois jours dans le parc naturel de la Serra de Estrela, a été maîtrisé samedi

Ce feu, qui s'était déclaré dans la nuit du mardi 10 au mercredi 11 août au centre du Portugal, a été combattu par plus de 260 pompiers, assistés d'avions Canadair français et espagnols.En revanche, deux incendies étaient encore actifs samedi soir dans le parc national du Peneda-Gerês, situé le long de la frontière avec la Galice espagnole.

Pompiers portugais à Boucas, près de Sao Pedro do Sul dans le centre du pays le 9 août 2010
Pompiers portugais à Boucas, près de Sao Pedro do Sul dans le centre du pays le 9 août 2010 (AFP - FRANCISCO LEONG)

Ce feu, qui s'était déclaré dans la nuit du mardi 10 au mercredi 11 août au centre du Portugal, a été combattu par plus de 260 pompiers, assistés d'avions Canadair français et espagnols.

En revanche, deux incendies étaient encore actifs samedi soir dans le parc national du Peneda-Gerês, situé le long de la frontière avec la Galice espagnole.

Une centaine de personnes avaient été évacuées jeudi d'un village de montagne, Vilar de Soente, situé dans le parc national de Peneda-Gerês. Près de 280 pompiers et militaires étaient toujours à pied d'oeuvre contre les flammes samedi.

Au total, la protection civile faisait état samedi soir de 12 feux encore actifs, dans le nord et le centre du pays.

Depuis la fin juillet, le Portugal est confronté à une vague d'incendies attisés par de fortes chaleurs. Ces feux, qui ont jusqu'ici épargné les zones habitées, ont provoqué la mort de deux pompiers cette semaine dont une jeune femme de 21 ans, piégée par les flammes mardi.

Selon les services météorologiques, le Portugal a enregistré depuis début août des températures supérieures de plus de 5°C à la moyenne des trente dernières années. Cette vague de chaleur doit prendre fin lundi, selon la météo.

Le ministre de l'Intérieur, Rui Pereira, a reconnu que 2010 était "une année très difficile" en ce qui concerne le nombre de feux enregistrés (plus de 400 par jour depuis le 6 août). Il a toutefois souligné que la surface brûlée depuis le début de l'année était "inférieure à la moyenne des dix dernières années".

Selon l'Autorité nationale des forêts, les feux ont détruit 19.346 hectares de forêts et de broussailles entre janvier et fin juillet. L'an dernier, plus de 86.000 hectares étaient partis en fumée, un chiffre nettement inférieur à celui de 2005, année noire avec plus de 338.000 hectares brûlés.