Incendies au Portugal : pourquoi la France n'a pas envoyé d'aide

Les équipes de la Sécurité civile française sont déjà mobilisées sur de nombreux fronts en France.

Un pompier tente d\'éteindre les flammes, à Cabanoes (Portugal), le 16 octobre 2017.
Un pompier tente d'éteindre les flammes, à Cabanoes (Portugal), le 16 octobre 2017. (FRANCISCO LEONG / AFP)
avatar
Benoît ZagdounFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le Portugal est victime des feux de forêt les plus meurtriers de son histoire. Les incendies y ont fait plus de cent morts en quatre mois. Le gouvernement portugais est accusé par la population d'être incapable de prévenir et d'éteindre ces brasiers. La colère se propage à la France, où la journaliste Sabrina Alves s'interrogeait, mercredi 18 octobre, dans un billet sur le Bondy Blog : "Où est la solidarité de la France ? A ce jour, la France n'a déployé aucune aide", pointe-t-elle. La Franco-Portugaise fait part de son "immense tristesse" et de son "incompréhension".

Contacté par franceinfo, le lieutenant-colonel Michaël Bernier, responsable de la communication de la Sécurité civile, confirme que "la France n'a pas engagé d'avions en renfort au Portugal". Et il fournit plusieurs explications. D'abord, "la saison des feux de forêt n'est pas terminée dans le sud de la France". Ensuite, "la saison des feux de forêt va commencer à la Réunion" et en métropole "les épisodes cévenols arrivent".

"La sollicitation des avions et des pilotes a été énorme cet été"

En France, la Sécurité civile est déjà à la limite de ses capacités, fait valoir le lieutenant-colonel Bernier. Deux équipes sont mobilisées en métropole et deux autres ont été envoyées à la Réunion en prévision des incendies. Les autres assurent le relais des astreintes. "La sollicitation des avions et des pilotes a été énorme cet été et leur disponibilité horaire n'est plus très importante."

Le responsable de la Sécurité civile souligne que le Portugal n'a pas, [sa] connaissance", demandé à ses partenaires européens de renforts au sol dans le cadre de leur coopération. "Une grande partie des militaires de la Sécurité civile sont toujours mobilisés à Saint-Martin", plus d'un mois après le passage de l'ouragan dévastateur Irma, relève le lieutenant-colonel Bernier. Et ces hommes "ne sont pas dans un grand état de fraîcheur" après avoir été engagés sur les feux de forêt en métropole et trois cyclones aux Antilles.