Hongrie : Viktor Orban se met à dos ses électeurs

En Hongrie, la colère ne retombe pas. Depuis une semaine, plusieurs milliers de personnes manifestent contre la politique de Viktor Orban. Tout est parti d'une loi assouplissant le droit du travail.

France 3

Les forces de l'ordre les empêchent d'aller plus loin lundi 17 décembre. Ce soir encore, les manifestants ont bravé le froid pour faire le siège de la télévision publique qu'ils accusent de connivence avec le gouvernement de Viktor Orban. Interdiction de pénétrer dans les locaux, même pour des députés de l'opposition, exclus du bâtiment sans ménagement.

Des heures de travail payées trois ans après

Depuis six jours, les Hongrois manifestent à Budapest à l'appel de l'opposition et des syndicats contre le gouvernement. Ils étaient plus de 15 000 dimanche devant le Parlement. Ils protestent contre l'adoption d'une loi controversée sur le travail. Elle permet aux employeurs de demander à leurs salariés jusqu'à 400 heures supplémentaires chaque année et de ne les payer que trois ans plus tard. L'opposition dénonce de l'esclavage. Les manifestants réclament aussi la fin de la corruption et d'un régime jugé autoritaire et antidémocratique. Régime déjà condamné en septembre par l'UE.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban lors des débats au Parlement européen sur la situation de la Hongrie, le 11 septembre 2018 à Stasbourg (Bas-Rhin). 
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban lors des débats au Parlement européen sur la situation de la Hongrie, le 11 septembre 2018 à Stasbourg (Bas-Rhin).  (FREDERICK FLORIN / AFP)