Cet article date de plus de neuf ans.

Hollande et Merkel divisés (aussi) sur les conférences de presse

Simple déclaration devant les journalistes ou véritable conférence de presse ? Entre Paris et Berlin, même le mode de communication fait débat.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Angela Merkel et François Hollande, le 8 juillet 2012 à Reims. (JACKY NAEGELEN / AFP)

EUROPE - Entre Paris et Berlin, tout ou presque est sujet à débat. Y compris l'organisation des conférences de presse communes de François Hollande et Angela Merkel.

Le président français, qui se rend jeudi 23 août à Berlin pour parler de la Grèce, souhaitait une conférence de presse classique laissant la possibilité aux journalistes de poser des questions comme cela s'était fait jusqu'à présent, selon une source diplomatique française. François Hollande, qui "ne s'est pas exprimé sur la Grèce depuis longtemps, souhaitait communiquer" davantage sur ce sujet, explique-t-on.

Merkel souhaite communiquer le moins possible

Mais la chancelière allemande ne l'entend pas ainsi. La rencontre entre les dirigeants sera donc précédée d'une simple et courte déclaration à la presse. Selon la source diplomatique française, Angela Merkel semble souhaiter communiquer le moins possible pour le moment, tant qu'aucune décision n'aura été prise sur le dossier grec. Elle tiendrait à ne pas laisser apparaître de nuances entre les positions françaises et allemandes.

Qu'on se rassure : cette différence sur le mode de communication "ne veut pas dire qu'il y a une différence de fond" sur le dossier grec entre Berlin et Paris, assure la source diplomatique. Pourtant, c'est bien sur François Hollande que les Grecs comptent pour infléchir la position d'Angela Merkel. Athènes demande un sursis de deux ans pour atteindre l'équilibre budgétaire prévu pour 2014. Un assouplissement dont ne veut pas entendre parler Berlin.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.