Grève générale et marée humaine contre l'austérité en Espagne

Pour les 100 jours du gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, les syndicats organisent jeudi une mobilisation massive contre le futur plan d'austérité très sévère et la réforme du travail.

France 2 - Paul Sanfourche

L'Espagne vit au rythme, jeudi 29 mars, d'une grève générale contre la réforme du travail et la politique d'austérité du gouvernement de droite de Mariano Rajoy. Une journée au ralenti ponctuée de manifestations, comme à Madrid et Barcelone où des milliers de grévistes ont envahi les rues.

Agitant des drapeaux rouges et des pancartes "Réforme du travail, NON", les piquets de grève se sont installés aux portes des usines, des marchés de gros de Madrid et Barcelone, des banques ou des stations de transports en commun.

Violences à Barcelone

Avant même la grande manifestation convoquée en fin de journée, des groupes de protestataires se sont éparpillés dès le matin dans le centre de Madrid quadrillé par les forces de l'ordre. Au total, 58 personnes ont été interpellées dès le matin dans l'ensemble du pays, selon le ministère de l'Intérieur.

Quelques milliers d'entre eux ont bloqué une avenue centrale, tandis que des cordons de policiers étaient déployés sur la place de la Puerta del Sol, en plein cœur commerçant et touristique de la ville. Des violences ont aussi éclaté en début de soirée à Barcelone. La deuxième ville du pays a été le théâtre d'affrontements entre les manifestants et la police.

Des manifestants rassemblés dans le centre de Madrid (Espagne), le 29 mars 2012, pour une journée de grève générale contre le plan d\'austérité du gouvernement de Mariano Rajoy.
Des manifestants rassemblés dans le centre de Madrid (Espagne), le 29 mars 2012, pour une journée de grève générale contre le plan d'austérité du gouvernement de Mariano Rajoy. ( JUAN MEDINA / REUTERS)