Finlande : ce que l'on sait de l'attaque au couteau de Turku

Un homme a poignardé huit personnes vendredi, dans le centre de cette ville du sud-ouest de la Finlande. Un Marocain de 18 ans, principal suspect, a été inculpé pour "meurtres et tentatives de meurtre avec intention terroriste" et placé en détention.

Des bougies et des fleurs sont laissées sur la place du marché à Turku, en Finlande, où un homme muni d\'un couteau a tué deux femmes et blessé huit personnes le 18 août 2017.
Des bougies et des fleurs sont laissées sur la place du marché à Turku, en Finlande, où un homme muni d'un couteau a tué deux femmes et blessé huit personnes le 18 août 2017. (VESA MOILANEN / LEHTIKUVA)

L'attaque est considérée comme terroriste. Deux personnes sont mortes et huit ont été blessées, poignardées dans le centre-ville de Turku, ville de 200 000 habitants située dans le sud-ouest de la Finlande, vendredi 18 août. Le principal suspect, un demandeur d'asile Marocain de 18 ans, a été placé en détention provisoire mardi. Franceinfo vous résume ce que l'on sait de cette attaque.

Que s'est-il passé ?

Laura Laine était assise dans un café lorsque l'attaque a commencé, vendredi vers 16 heures, sur la place du marché de Turku. "La première chose qu'on a entendue, c'était une jeune femme qui criait comme une folle, raconte-t-elle. J'ai cru que c'était simplement des enfants qui s'amusaient... Mais ensuite, les gens ont commencé à courir et j'ai vu un homme avec un couteau dans la main en train de poignarder une femme."  

"Nous pensons que l'assaillant ciblait en particulier les femmes, mais des hommes ont été blessés après avoir tenté de défendre ces femmes", a annoncé la commissaire Christa Granroth, du Bureau national des enquêtes finlandais, lors d'une conférence de presse samedi. Deux hommes ont été blessés : l'un d'eux aurait 18 ans, l'autre serait plus âgé, selon la chaîne Yle (en finnois). 

Deux Finlandaises sont mortes. Huit autres personnes ont été blessées. Parmi elles figurent un Italien, un Britannique et un Suédois. Quatre blessés sont toujours hospitalisés, dont trois en soins intensifs, annonce Reuters. Yle affirme de son côté que l'une des personnes en soins intensifs n'est autre que le principal suspect de l'attaque. L'ensemble des victimes ont entre 15 et 67 ans, selon l'AFP.

S'agit-il d'une attaque terroriste ?

D'abord qualifiée de meurtre, l'attaque a été requalifiée en agression "terroriste". "En raison d'informations reçues durant la nuit, les agressions sont désormais traitées comme des meurtres avec un motif terroriste", a annoncé Christa Granroth samedi. Une enquête pour terrorisme a été ouverte, et le principal suspect, placé en détention provisoire mardi 22 août, a été inculpé pour "meurtres et tentatives de meurtre avec intention terroriste", a annoncé le tribunal de Turku.

"L'existence ou non d'un lien avec l'Etat islamique sera l'un des principaux axes de l'enquête", a déclaré le directeur de l'Agence de renseignements finlandais (Supo), en conférence de presse.

Qui est l'individu interpellé ?

La police a arrêté un suspect quelques minutes après l'attaque, le blessant par balles à la jambe ou à la hanche. Il était toujours hospitalisé, mardi, et a comparu devant le tribunal par liaison vidéo depuis son lit d'hôpital. 

Il s'agit d'un Marocain de 18 ans, Abderrahman Mechkah, arrivé en Finlande en 2016. Selon la chaîne MTV, qui cite une source anonyme, sa demande d'asile lui aurait été refusée. La police finlandaise a, de son côté, uniquement précisé qu'il était engagé "dans un processus de demande d'asile". 

Selon son avocat, il "reconnaît avoir commis des actes ayant entraîné la mort mais dément l'intention homicide. Il ne s'est pas expliqué sur le mobile de ses actes".

Comment se déroule l'enquête ?

Quatre autres hommes marocains ont ensuite été arrêtés à Turku en raison de liens possibles avec l'attaquant, relate Yle. Le Bureau national d'enquête demande la mise sous écrou de trois d'entre eux pour tentatives de meurtre et complicité dans le même dossier. Un quatrième a été remis en liberté, même si les soupçons à son encontre n'ont pas été levés. La police reste peu diserte sur leur degré d'implication dans le projet du jeune Marocain.

Selon la chaîne, la police a également saisi "un véhicule en rapport avec l'attaque". D'autres médias locaux rapportent que la police a perquisitionné un appartement dans la banlieue est de Turku, à Varissuo, qui accueille une large communauté immigrée. 

Les policiers ont expliqué travailler en coopération avec les services de l'immigration finlandais et les autorités internationales. Un mandat d'arrêt international a été lancé contre une cinquième personne. Le niveau d'alerte terroriste dans le pays avait été relevé en juin de "faible" à "élevé", les services de renseignement ayant été mis au courant de la planification d'attaques terroristes de l'EI.