Cet article date de plus de huit ans.

Face au scandale d'abus sexuels, la BBC ouvre deux enquête internes

Le groupe audiovisuel britannique a engagé mardi deux experts pour enquêter sur les soupçons de violences sexuelles entourant un animateur mort l'an dernier.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'animateur d'émissions pour enfants de la BBC Jimmy Saville, le 30 juillet 2007, dans les coulisses du show "Top of the Pops". (MARK ALLAN / MAXPPP)

EUROPE - La désignation décidée mardi 16 octobre de deux enquêteurs "démontrent la détermination de la BBC à être pleinement scrutée par des experts indépendants" selon Fiona Reynolds, présidente du conseil exécutif du groupe audiovisuel public britannique. Ces deux personnalités seront chargées de diriger deux enquêtes internes sur un scandale d'abus sexuels qu'aurait commis l'un de ses animateurs stars, Jimmy Savile, dans les locaux de la télévision.

Ces investigations font suite aux déclarations de cinq femmes qui ont assuré début octobre dans un documentaire avoir été victimes, alors qu'elles étaient mineures, de Jimmy Savile, présentateur vedette d'émissions pour enfant mort l'an dernier. Parmi les deux enquêteurs, Jane Smith, une ancienne juge de la Haute Cour, doit notamment se pencher sur "la culture et les pratiques de la BBC". Après que la police ait fini son propre travail, elle devra déterminer "à quel point le personnel de la BBC était au courant ou devaient être au courant de comportements illégaux" de l'animateur.

L'autre personnalité désignée pour enquêter est un ancien directeur de la chaîne britannique Sky News, Nick Pollard. Lui devra éclaircir les raisons de la déprogrammation l'an dernier par la BBC d'une enquête consacrée à Jimmy Savile. La BBC va par ailleurs nommer un expert indépendant chargé de revoir la politique du groupe en matière de harcèlement sexuel et de faire des recommandations en la matière.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.