Fabius espionné par les services allemands ? "C'est très désagréable"

C'est ce qu'affirme la radio publique RBB : Laurent Fabius a été espionné par les services de renseignements allemands. Et il n'a pas été le seul : un diplomate allemand, d'autres personnalités étrangères... Le problème c'est que la Constitution allemande interdit d'espionner un citoyen allemand.

(A Malte, aujourd'hui. C'est de là que Laurent Fabius a réagi son sur espionnage © REUTERS/Yves Herman)

"On va se rapprocher des Allemands. Quand on apprend ça, c'est très désagréable" : telle est la réaction, toute diplomatique, de Laurent Fabius à l'annonce de ce scandale à venir... L'espionnage du ministre français des Affaires étrangères par les services de renseignement allemands (BND).

C'est la radio publique RBB qui a révélé le pot-aux-roses ce mercredi, sans révéler ses sources. Le BND a donc espionné un certains nombre de hauts dignitaires. A commencer par Hansjörg Haber, qui a dirigé la mission d'observation de l'Union européenne en Géorgie entre 2008 et 2011 et a ensuite été en poste à Bruxelles. Il est actuellement chef de la mission de l'UE en Turquie. Le problème, c'est que la Constitution allemande interdit l'espionnage de citoyens allemands. L'affaire ne s'arrêtera donc pas là.

Parmi les autres cibles du BND figurent Laurent Fabius, donc, et des membres de la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), de l'Unicef, du FBI américain et de sociétés américaines. Le BND espionnait pour son propre compte, et aussi pour son équivalent américain, la NSA.

La radio évoque une liste de 900 pages de "sélecteurs", numéros de téléphones, emails, adresses IP, utilisés par le BND. Les députés allemands y ont eu accès et sont en train de l'examiner. Cela va durer encore plusieurs mois...