Eurostar a mal préparé ses trains pour l'hiver et les secours aux passagers, dénonce un rapport publié dans Le Parisien

Dans la nuit du vendredi 18 au samedi 19 décembre, cinq Eurostar avec plus de 2.000 personnes à bord avaient été bloqués jusqu'à 16h dans le tunnel en raison d'une série de pannes dues aux intempéries.Eurostar avait ordonné dès le 21 décembre une "enquête indépendante" sur ces dysfonctionnements. Les conclusions des experts sont attendues vendredi.

(AFP)

Dans la nuit du vendredi 18 au samedi 19 décembre, cinq Eurostar avec plus de 2.000 personnes à bord avaient été bloqués jusqu'à 16h dans le tunnel en raison d'une série de pannes dues aux intempéries.

Eurostar avait ordonné dès le 21 décembre une "enquête indépendante" sur ces dysfonctionnements. Les conclusions des experts sont attendues vendredi.

Selon les grandes lignes du rapport dévoilé dans l'édiction de jeudi du Parisien, Eurostar, détenu majoritairement par la SNCF, n'aurait pas préparé à temps ses trains pour l'hiver. Le bimensuel spécialisé Ville Rail & Transports avait déjà indiqué que la compagnie ferroviaire n'aurait pas procédé à temps à ce processus dit de "winterisation", ce qu'Eurostar a démenti.

La compagnie ferroviaire n'a pas non plus entretenu suffisamment les trains vieillissants de son parc, selon les experts, qui recommandent par conséquent de renforcer les dispositifs empêchant la neige d'entrer dans les endroits sensibles et de mieux protéger les circuits imprimés.

Autre critique, les mesures préventives pour aider les passagers ont été insuffisantes et les deux experts mandatés par Eurostar préconisent la mise en place d'une cellule de crise pour mieux les informer à l'avenir et une meilleure formation des agents. La commission estime aussi qu'Eurotunnel, le gestionnaire du tunnel sous la Manche, devrait prévoir plus de deux dépanneuses et augmenter le nombre de lampes-torches.

Eurostar, joint par l'AFP jeudi matin, n'a pas souhaité faire de commentaire.

Après ces ratés, Eurostar, qui exploite les trains à grande vitesse circulant par le tunnel entre Londres et le continent, et Eurotunnel, le propriétaire du tunnel, se sont très vite accusés mutuellement de négligence et de désinformation.

Pour faire face aux critiques, Eurostar a chargé le président de Transport for London Christopher Garnett et l'ingénieur français Claude Gressier de mener une "enquête indépendante" sur ces dysfonctionnements. Leur mission a été entérinée par la Commission intergouvernementale au tunnel sous la Manche et les gouvernements français et britannique.

Récemment, Eurotunnel avait mis en doute l'impartialité des deux "sages", le premier étant un ancien employé du groupe qu'il a quitté en très mauvais termes, et le second ayant fait toute sa carrière à la SNCF, la maison mère d'Eurostar. Eurotunnel se sent accusé à tort, estimant avoir fait tout ce qui était en son pouvoir pour aider à dépanner les trains coincés dans l'ouvrage, et en secourir les passagers.

Eurostar a déjà commencé à améliorer la "winterisation" de ses trains, pour les rendre moins sensibles au choc thermique provoqué par le passage de l'extérieur, où ils roulent à grande vitesse par grand froid, au tunnel, chaud et humide: c'est la neige collée aux motrices qui, en fondant, avait noyé les moteurs.

Autre point sensible à résoudre: la communication dans le tunnel. Eurotunnel soutient que c'est à Eurostar de parler à ses passagers, tandis qu'Eurostar fait remarquer que les portables ne passant pas, on ne peut pour l'instant faire passer des messages au personnel des trains que par Eurotunnel...