Cet article date de plus de huit ans.

Européennes : le centre-droit donné gagnant, d'une courte tête

Selon l'analyse des sondages nationaux, effectuée par PollWatch 2014, le Parti populaire européen obtiendrait 212 sièges, trois de plus seulement que le centre-gauche, qui semble le plus à même de conclure des alliance pour obtenir la majorité au Parlement - et prendre la tête de la Commission européenne.
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
  (© PollWatch)

212 sièges pour le PPE, le Parti populaire européen, de centre-droit ; 209 sièges pour l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates S&D, de centre-gauche : ce sont les toutes dernières projections, en sièges, effectuées par PollWatch 2014, d'après l'analyse des sondages nationaux.

Le score s'annonce serré : le centre-droit a perdu quatre sièges, le centre-gauche en a gagné autant, par rapport à la semaine dernière. Ce qui ne change pas, en revanche, c'est le score des libéraux (ALDE) : 63 sièges, devant la gauche radicale (52 sièges, +3), puis le groupe piloté par les conservateurs britanniques (43, +4). Les Verts (38, -3) sont au coude-à-coude avec les europhobes britannique de l'Ukip (39, =).

Au final, selon PollWatch, si les quatre grands groupes (PPE, S&D, Libéraux, Verts) vont bon an mal an se partager 70% des sièges, il en reste un quart qui ira à des formations anti-européennes ou contestataires, d'extrême droite ou d'extrême gauche. C'est deux fois plus que lors des élections de 2009.

L'inconnue, c'est donc la position des groupes extrêmes. Réussiront-ils à s'organiser pour former un groupe ? Rien n'est moins sûr. Pour former un groupe parlementaire, il faut réunir 25 eurodéputés en provenance d'au moins sept pays. L'Ukip britannique ne veut pas d'alliance avec le FN français, parce qu'il y a trop d'antisémites dans le parti. Mais le FN et le parti de Geert Wilders, aux Pays-Bas, pourraient additionner assez de sièges...

Schulz ou Juncker en embuscade

En tout cas, le suspense reste entier : selon les nouvelles règles édictées par le traité de Lisbonne, le parti arrivé en tête aux élections est le mieux placé pour occuper la présidence de la Commission européenne - Martin Schulz à gauche, ou Jean-Claude Juncker, à droite, sont les mieux placés.

Ce qui est sûr, c'est que cette carotte titille les partis. Si le PPE est donné en tête, en nombre de sièges, le groupe S&D semble plus à même de conclure des alliances. Il pourrait donc obtenir une majorité au Parlement, en s'appuyant sur les autres partis de gauche.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.