Euclide Tsakalotos, nouveau ministre des Finances grec

Euclide Tsakalotos a pris lundi les rênes du ministère des Finances en Grèce. Si des négociations reprennent avec les créanciers, ce sera avec lui. Rien de nouveau pour cet économiste de 55 ans, car, depuis mai, il coordonnait les négociations en tant que vice-ministre des Affaires étrangères. Sur le fond, il n'est pas moins eurosceptique que son prédécesseur, Yanis Varoufakis.

(Euclide Tsakalotos et Yanis Varoufakis se rendent au bureau du premier ministre le 28 juin © Reuters)

Un économiste remplace un autre économiste… Yannis Varoufakis, qui a démissionné lundi de son poste de ministre des Finances, avait enseigné aux Etats-Unis, Euclide Tsakalotos, son successeur, au Royaume-Uni. On le dit discret et flegmatique, à l’opposé de son prédécesseur médiatique et bouillonnant.

Né à Rotterdam aux Pays-Bas, Euclide Tsakalotos est marié à une économiste britannique ; il s’est toujours dit profondément de gauche, ce qui l’a poussé à rejoindre Syriza et à devenir l’un de ses députés depuis 2012.

Proche d’Alexis Tsipras, il participe aux négociations avec les créanciers depuis mai, quand l'équipe de négociateurs a été remanié. Jusque là ministre adjoint des Affaires étrangères chargé des questions économiques, il est nommé coordinateur des négociations en mai, chargé de "chaperonner" Yanis Varoufakis. C’est à ce titre de négociateur, qu’il déclarera le 23 juin : "je pense que nous n'avons jamais été aussi près d'un accord ". Sur le fond, il tient le même discours que son prédécesseur sur la dette grecque : opposé à l'austérité, et assez eurosceptique.