Cet article date de plus de huit ans.

Espérance de vie : l'homme deviendra l'égal de la femme... en 2030

Selon une étude britannique, l'écart entre les sexes tend à se réduire au point que l'espérance de vie des Britanniques devrait se fixer à 87 ans pour les deux dans 15 à 20 ans.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une meilleure hygiène de vie des hommes expliquerait le fait que l'espérance de vie des hommes et des femmes tend à se rejoindre, selon une étude britannique. (SPORRER/RUPP / CULTURA RF / GETTY)

Au Royaume-Uni, l'espérance de vie sera probablement la même pour les hommes et les femmes d'ici 2030. D'après une étude du bureau des statistiques nationales britanniques, rapporté par la BBC lundi 23 avril, elle augmente continuellement pour les deux sexes mais de manière plus raide pour les hommes. Ainsi, l'espérance de vie devrait s'établir à 87 ans pour monsieur et madame dans les 15-20 ans à venir.

Selon Les Mayhew, professeur de statistiques à la Cass Business School, cette convergence devrait se réaliser si la progression chez les hommes dans les années à venir reste la même que celle observée depuis les années 90.

Une meilleure hygiène de vie

Dans les pays développés comme en Europe de l'Ouest, l'écart d'espérance de vie se réduit entre hommes et femmes parce que ces dernières adoptent des comportements d'hommes quand ceux-ci se montrent de plus en plus sages, selon le professeur David Leon, de l'école d'hygiène et de médecine tropicale de Londres.

"Je pense que l'une des raisons principales est la tendance à moins fumer", estime également Les Mayhew, qui rappelle qu'en 1920, près de 80% des hommes fumaient. Le scientifique note également que si les femmes se sont mises à la cigarette plus tard, les probabilités d'avoir un cancer du poumon augmentent chez elles alors que ce risque est en nette décroissance chez hommes. Parmi d'autres facteurs explicatifs, il avance des conditions d'emploi plus sécurisées, comme le fait de travailler dans un bureau.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.