Cet article date de plus de cinq ans.

Enquête contre Airbus pour corruption en Grande-Bretagne

Airbus visé par des soupçons de fraude et de corruption. Le Serious Fraud Office (SFO), l’organisme chargé de la lutte contre les délits et crimes économiques en Grande-Bretagne, a ouvert une enquête visant le groupe Airbus sur l'utilisation d'intermédiaires à l'étranger.
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (Le groupe Airbus pourrait devoir payer une très lourde amende © REMY GABALDA / AFP)

Airbus risque gros. Si les accusations de fraude, de pots-de-vin et de corruption s’avèrent exactes, le groupe va certainement devoir payer une très lourde amende et pourrait même voir son carnet de commandes pour 2016 et 2017 en chute libre. L’affaire avait débuté en avril dernier, lorsque l'agence britannique de crédit à l'exportation avait annoncé avoir transmis un dossier concernant Airbus au bureau des fraudes.

Airbus aurait omis de mentionner dans ses demandes de crédits export, l’utilisation de certains "consultants" étrangers et le rôle qu’ils avaient joué dans l'obtention des commandes concernées. Une omission involontaire découverte par l'avionneur lui-même au cours d’un audit interne et qui avait poussé les autorités britanniques à suspendre le financement de ses exportations.

 

À l’époque, le groupe avait indiqué que la part des financements garantis par les agences de crédit exports européennes ne représentait que 6 % des livraisons, et que la contribution britannique en était la plus faible. Airbus a annoncé qu’il continuait de coopérer avec les enquêteurs alors que les agences françaises et allemandes ont elles aussi annoncé le gel du financement des exportations d'Airbus.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.