Tifo polémique en Belgique : les auteurs de la banderole seront poursuivis

Des supporters du Standard de Liège ont déployé, dimanche, une banderole montrant la tête décapitée de Steven Defour, ancien capitaine du club.

La banderole déployée par des supporters lors du classico belge Standard-Anderlecht, le 25 janvier 2015, à Liège (Belgique).
La banderole déployée par des supporters lors du classico belge Standard-Anderlecht, le 25 janvier 2015, à Liège (Belgique). (YORICK JANSENS / BELGA / AFP)

Le dessin, choquant, passe mal chez les amateurs de foot. Les supporters du Standard de Liège (Belgique) qui ont déployé une banderole représentant le joueur d'Anderlecht Steven Defour décapité, seront poursuivis en justice, et risquent jusqu'à cinq ans d'interdiction de stade, ont indiqué, lundi 26 janvier, le club liégeois et le ministère de l'Intérieur belge.

L'affiche, déployée dimanche, portait la mention "Red or Dead" ("Rouge [la couleur du Standard] ou mort"), le slogan des "Rouches". Elle montrait un homme masqué, tenant une machette ensanglantée dans sa main droite et la tête de Steven Defour, décapité, dans l'autre. Un accueil glacial pour l'ancien capitaine du club, passé cette saison à Anderlecht.

Le club piégé par les supporters

Ce changement de club de l'international belge a été très mal vécu par les supporters du Standard. Sur les réseaux sociaux, ces derniers jours, certains avaient promis à leur ancien capitaine un accueil "très chaud". Peut-être rendu nerveux par ce contexte, Steven Defour a été exclu à l'heure de jeu après avoir reçu deux avertissements. Le Standard s'est imposé 2-0.

Dans le contexte des décapitations d'otages par les jihadistes de l'Etat islamique, la banderole a choqué de nombreux internautes. La Fédération belge a réagi, par la voix de Bob Madou, son directeur de la communication. Sur Twitter, il juge cette "bannière de bien mauvais goût et inacceptable à Standard-Anderlecht. Il n'existe rien dans le règlement contre cela, mais on va voir ce que nous pouvons faire".

Selon le quotidien belge La Dernière Heure, la direction du club liégeois n'aurait pas vu le fameux tifo avant que celui-ci soit déployé. Les supporters auraient présenté une autre banderole, moins violente, aux dirigeants, afin que ceux-ci acceptent de les laisser rentrer avec leur matériel. Mais le calicot aurait ensuite été échangé avec le "Red or Dead".