Cet article date de plus de cinq ans.

EDF s'allie aux chinois pour construire deux réacteurs nucléaires au Royaume-Uni

EDF doit signer aujourd'hui à Londres un accord pour construire deux réacteurs nucléaires au Royaume-Uni. L’accord se fait avec les entreprises nucléaires chinoises, dans le cadre de la visite du président chinois. Les Chinois vont financer un tiers des réacteurs français et, dans un deuxième temps, ils devraient pouvoir construire leur propre réacteur.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (C’est sur le site d’Hinkley Point C à Bridgwater, en Angleterre, qu’EDF construira les deux EPR qui fourniront 7 % de l’électricité du pays © Reuters / Suzanne Plunkett)

Pour EDF, c’est l’aboutissement de négociations qui ont été longues et tortueuses. L’électricien français a enfin bouclé le financement des deux EPR qu’il veut construire au Royaume-Uni. Mais pour cela, il a dû recourir à ses partenaires chinois. Deux entreprises nucléaires chinoises vont payer le tiers de la facture, qui s’élève à 33 milliards d’euros. EDF a bien tenté de trouver des financements ailleurs, notamment auprès de l’Arabie Saoudite, mais sans succès.

Les compagnies nucléaires chinoises se savaient en position de force dans les négociations et ont imposé à EDF, mais surtout au gouvernement britannique, une condition supplémentaire, de taille. Elles veulent le droit de construire leur propre réacteur, avec leur propre technologie, sur l’un des terrains possédés par EDF au Royaume-Uni.

Ce réacteur ne verra pas le jour avant une quinzaine d’années sans doute, et il faut encore que l’autorité de sûreté nucléaire britannique donne son feu vert. Mais si cela se fait, ce serait la première fois que la Chine imposerait sa technologie dans un pays occidental. Elle rentrerait ainsi dans le club très fermé des pays exportateurs de nucléaire civil.

EDF s'allie aux chinois pour construire deux réacteurs nucléaires au Royaume-Uni. Les explications d'Eric Albert
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.