Disparition des quotas laitiers : quelles conséquences pour les éleveurs français ?

Le 1er avril prochain, les quotas laitiers vont disparaître. France 2 s'est intéressé aux conséquences que cela entraîne.

FRANCE 2

Avec ses 43 vaches, Antoine Jean ne produit chaque année que 380 000 litres de lait. Cette limite lui est imposée par les quotas laitiers mis en place en 1984 pour réguler la production, car l'Europe baignait dans les excédents. Les quotas vont disparaître et il va pouvoir produire plus. Mais le risque qui en découle est la baisse du prix du lait. "C'est une insécurité au niveau de la vente de lait", explique l'éleveur à France 2.

Le prix fluctue actuellement au niveau du marché. Mais pendant les années 80, le prix était garanti par Bruxelles. L'Europe achetait les invendus et ne savait plus quoi en faire, d'où l'imposition des quotas pour réguler le tout et adapter l'offre à la demande.

10% de production supplémentaire

Mais en 2009, après une crise en Chine, l'équilibre s'est rompu. Pour amortir les variations du marché, Antoine Jean consacre la moitié de sa production à la fabrication de fromages. Un produit qui lui permet de rémunérer quatre personnes sur l'exploitation.

Avec la fin des quotas, la production européenne de lait devrait augmenter de 10% d'ici cinq ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un rayon de bouteilles de lait dans un supermarché de Sénart (Seine-et-Marne), le 27 août 2002.
Un rayon de bouteilles de lait dans un supermarché de Sénart (Seine-et-Marne), le 27 août 2002. (DANIEL JANIN / AFP)