Cet article date de plus de dix ans.

Des incidents ont à nouveau éclaté jeudi matin dans Athènes où le parlement doit voter sur les modalités de l'austérité

Toute la journée de mercredi, des milliers de Grecs avaient manifesté dans le centre d'Athènes tandis que les députés votaient un plan d'austérité imposé par Bruxelles et le FMI.Jeudi, le parlement doit décider des modalités d'application du plan voté mercredi.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Manifestation violente à Athènes le 29 juin après un vote au Parlement (AFP/LOUISA GOULIAMAKI)

Toute la journée de mercredi, des milliers de Grecs avaient manifesté dans le centre d'Athènes tandis que les députés votaient un plan d'austérité imposé par Bruxelles et le FMI.

Jeudi, le parlement doit décider des modalités d'application du plan voté mercredi.

Ce premier volet - concernant la hausse des prélèvements obligatoires, la réduction des dépenses publiques et une vague de privatisations - a été adopté par une courte majorité de 155 voix contre 138 par les 300 parlementaires de la chambre. Cinq élus se sont abstenus; deux étaient absents.

Ce premier vote laisse entrevoir l'adoption du second pan du plan d'austérité régissant lui ses modalités d'application qui sera mis aux voix ce jeudi. L'objectif du gouvernement socialiste de George Papandréou est de dégager 28 milliards d'économies sur cinq ans.

L'adoption des deux textes est requise par l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI) pour le déblocage d'une nouvelle tranche d'aide, de 12 milliards d'euros, dans le cadre du plan d'aide de 110 milliards d'euros consenti à la Grèce en mai 2010.

"Aujourd'hui, un pas significatif a été franchi, demain, un second aura lieu et dimanche, je serai en mesure de me rendre à la réunion de l'Eurogroupe avec des références crédibles pour notre pays", a déclaré après le vote le nouveau ministre des Finances, Evangelos Venizelos.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.