Croissance : la réplique cinglante de Berlin à Hollande

Dans un entretien au "Monde", le président de la République avait appelé le gouvernement Merkel à "investir davantage" pour soutenir la croissance. Berlin a adressé une fin de non-recevoir à la demande française.

La chancelière allemande, Angela Merkel, le 18 juillet 2014, à Berlin.
La chancelière allemande, Angela Merkel, le 18 juillet 2014, à Berlin. (CLEMENS BILAN / AFP)

Voilà qui ne va pas réjouir François Hollande. Le gouvernement allemand a déclaré, mercredi 6 août, ne pas juger nécessaire d'infléchir sa politique économique pour soutenir la croissance, comme le lui a demandé le président français.

L'Allemagne n'a "aucun besoin" de modifier sa politique

"L'Allemagne est déjà le plus important moteur de la croissance de la zone euro et pour répondre à ces déclarations très générales de Paris, nous ne voyons aucun besoin d'apporter le moindre changement à notre politique économique", a déclaré la porte-parole du gouvernement, Christiane Wirtz.

Dans un entretien publié lundi par le quotidien Le Monde, François Hollande a expliqué avoir demandé à l'Allemagne "un soutien plus ferme à la croissance", jugeant que "ses excédents commerciaux et sa situation financière lui permettent d'investir davantage".