Cet article date de plus de neuf ans.

Pour réduire son budget, la Grèce chasse les "faux malades"

Des milliers de personnes bénéficiant de prestations sociales accordées pour handicaps ou maladies durables vont être inspectées après la découverte de fraudes massives.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une pharmacie dans le centre d'Athènes. (LOUISA GOULIAMAKI / AFP)

Après la cure d'austérité, la chasse aux fraudeurs. Des milliers de personnes bénéficiant de prestations sociales accordées pour handicaps ou maladies durables vont être inspectées en Grèce, après la découverte de fraudes massives.

Au terme de mois de recherches, le ministère de la Santé a constaté d'étonnantes concentrations de maladies spécifiques dans certaines régions du pays, selon le journal Kathimerini du samedi 7 janvier.

Ainsi, la région de Viotia, en Grèce centrale, a-t-elle un taux étonnamment élevé d'asthmatiques et l'île de Kalymnos est-elle affligée de fréquents cas de maladies mentales.

Des chiffres "appropriés si la Grèce avait participé à la guerre du Vietnam"

Le ministre adjoint de la Santé, Markos Bolaris, avait ordonné l'ouverture d'une enquête en août après la découverte que 600 habitants de l'île touristique de Zante -- soit environ 1,5 % de la population -- bénéficiaient du soutien accordé aux aveugles et malvoyants.

M. Bolaris a observé ensuite que plus de 1 000 résidents de la deuxième ville du pays, Salonique, étaient enregistrés comme lourdement handicapés, un nombre "qui aurait été approprié si la Grèce avait participé à la guerre du Vietnam".

Quelque 210 000 personnes bénéficient de prestations particulières à un titre ou à un autre, un niveau élevé "provoquant", qui implique que certains soient enregistrés plusieurs fois, a déclaré M. Bolaris au journal.

250 millions d'euros d'économies

A la suite d'un nouveau recensement entre février et mars, les autorités espèrent en tirer au moins 250 millions d'euros d'économies sur un budget annuel total de 6,2 milliards d'euros de prestations sociales, a souligné Kathimerini.

Le gouvernement grec a imposé une réduction générale des émoluments des fonctionnaires et pris des mesures d'austérité sous la pression de l'Union européenne et du FMI après que le pays a frôlé la faillite en 2010.

Une comptabilité souvent anarchique a conduit au gâchis massif de fonds publics durant des décennies. En 2011, le ministère du Travail a révélé que des millions d'euros avaient été distribués sous forme de retraite pendant des annnées à des personnes mortes depuis longtemps.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.