Crise de la zone euro : Paris et Berlin cherchent une position commune avant le sommet européen

Nicolas Sarkozy et Angela Merkel se rencontrent aujourd'hui à l'Élysée. Un déjeuner de travail décisif pour tenter de sortir la zone euro de la crise. A trois jours du coup d'envoi du sommet européen de Bruxelles, dit "de la dernière chance", le président de la République et la chancelière allemande doivent écrire une proposition commune. Mais les divergences sont toujours là.

(Philippe Wojazer Reuters)

Angela Merkel n’en démord pas. Elle veut une union budgétaire, des sanctions pour ceux qui ne respectent pas leurs engagements et pas question que la banque centrale européenne ouvre les vannes pour racheter la dette de ceux qui ont fauté. Elle demande donc la révision des traités européens.

Modifier les traités, Nicolas Sarkozy est d’accord. Il l’a dit jeudi dernier lors de son discours à Toulon. "L’Europe n’est plus un choix ", l’Europe est "une nécessité ", elle doit être repensée, elle doit être refondée. Mais le maître mot du président de la République, c’est la solidarité européenne et non la sanction et la France, comme la commission européenne, pense qu’il faut donc mutualiser les dettes pour créer des euro-obligations. Pas question, dit Angela Merkel, ce n’est même pas la peine d’en parler.

Il n’y a donc plus de temps à perdre. Nicolas Sarkozy et Angela Merkel doivent se mettre d’accord car ils ont promis tous deux d’arriver à Bruxelles jeudi soir avec une seule proposition, la proposition franco-allemande, qu’il va falloir ensuite faire adopter par les 25 autres partenaires européens.