Bruxelles salue les efforts de la France à réduire son déficit

C'est José Manuel Barroso qui le dit : les mesures prises par la France pour réduire son déficit vont clairement dans la bonne direction. Le président de la Commission européenne estime que la France peut encore atteindre ses objectifs - pour passer sous les 3% - si elle met en oeuvre les mesures annoncées.

(Le satisfecit de Bruxelles sur les finances françaises © Radio France/ Nathanaël Charbonnier)

L'horizon - économique - se dégagerait-il un peu pour la France ? La Commission européenne a passé au crible les budgets des 28 pays de l'Union, et vient de rendre un verdict en demi-teinte, plutôt positif tout de même, pour la France.

"Les autorités françaises ont annoncé avant les élections européennes un paquet de mesures structurelles importantes et notre analyse montre que ces mesures vont clairement dans la bonne direction" , a résumé José Manuel Barroso, le président de la Commission. "La France peut encore atteindre ses objectifs de réduction structurelle des déficits si elle met en oeuvre les mesures annoncées."

Les 3% en ligne de mire

Plus froidement, si l'on se penche sur les recommandations macroéconomiques de la Commission, on apprend que "la stratégie budgétaire présentée dans le programme n'est que partiellement conforme aux exigences du pacte de stabilité et de croissance. Le niveau de détail des mesures d'assainissement budgétaire est insuffisant pour garantir de façon crédible la correction du déficit excessif pour 2015 au plus tard, comme le laisse entrevoir la prévision de déficit annoncée par la Commission pour l'année prochaine (3,4% du PIB) et compte tenu d'un ajustement structurel sous-jacent qui est très loin d'atteindre le niveau recommandé par le Conseil."

Paris s'est en effet engagée à ramener son déficit public sous la barre des 3% d'ici 2015, et a obtenu pour cela un délai de deux ans... qui ne suffira donc pas, si l'on en croit Bruxelles. C'est l'histoire des 50 milliards d'euros d'économies sur trois ans, et du pacte de compétitivité.

Comme les annonces de la Commission européenne concernent tous les pays de l'UE, on retiendra que Brxuelles a proposé de sortir six pays de la procédure de déficit excessif (Autriche, Belgique, Pays-Bas, Slovaquie, Danemark et République tchèque).