Cet article date de plus de neuf ans.

Breivik a préparé un discours pour le jour du verdict

Salut d'extrême droite, propos nazis..., Anders Behring Breivik a enchaîné les provocations durant les dix semaines de son procès. Jugé pour la tuerie ayant fait 77 morts en juillet 2011 en Norvège, l'extrémiste de droite a rédigé le discours qu'il entend lire lors du verdict final, vendredi. Aucun mea culpa n'est attendu.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Le verdict dans le procès d'Anders Behring Breivik, accusé d'avoir tué 77 personnes le 22 juillet 2011, est attendu vendredi à Oslo. Le jeune homme a prévu de s'exprimer. C'est ce qu'a annoncé son avocat Geir Lippestad dans la presse mercredi. Son discours est même déjà prêt. Et en deux
versions.

"Quelques lignes pour chaque éventualité"

L'extrémiste de 33 ans a tout prévu et a "préparé quelques lignes
pour chaque éventualité"
, selon son avocat. Ses déclarations ont été
rédigées pour deux cas de figure. Le premier, Breivik est déclaré pénalement
responsable et condamné à la prison. Une issue souhaitée par le tueur pour qui
être déclaré responsable "reste la principale question" ,
déclare son avocat au quotidien Aftenposten. Le 22 juin
dernier, lors de la clôture du procès, Anders Behring Breivik avait assuré qu'il ne ferait
pas appel s'il était reconnu pénalement responsable.

Deuxième cas de figure, il est condamné à l'internement psychiatrique par le
tribunal de première instance d'Oslo. Un verdict qui horrifie l'extrémiste.
Breivik tient à être reconnu sain d'esprit effrayé à l'idée qu'un diagnostic
des psychiatres ne discrédite son idéologie nationaliste et islamophobe.

Par ailleurs, Breivik a plaidé non coupable lors de son procès, justifiant
qu'il avait agi pour protéger son pays contre le multiculturalisme. En
attendant, il n'est pas certain que la Cour l'autorise à s'exprimer au-delà
d'un éventuel recours en appel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.