Belgique : un mort lors d'une opération antiterroriste dans les milieux d'extrême droite

La police a échangé des coups de feu au cours de perquisitions menées dans le cadre d'une enquête sur un projet d'attentat.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La police sur les lieux de la fusillade lors d'une opération antiterroriste à Merksem, un district de la ville d'Anvers (Belgique), le 28 septembre 2022. (JONAS ROOSENS / BELGA / AFP)

L'opération visait des sympathisants de l'extrême droite. Une personne a été tuée, mercredi 28 septembre, en Belgique, lors d'un échange de coups de feu avec la police, durant une opération contre un projet d'"attentat terroriste", a annoncé le parquet fédéral.

L'enquête est dirigée par un juge d'instruction d'Anvers. Elle cible "un milieu soupçonné d'appartenir à l'extrême droite" et des faits d'"infraction à la législation sur les armes", précise le parquet. Elle a donné lieu mercredi matin à une dizaine de perquisitions en Belgique néerlandophone, notamment à Gand et à Anvers. C'est au cours de l'une d'elles qu'a eu lieu l'échange de coups de feu mortel, "dans un bâtiment".

Les perquisitions, ajoute le parquet fédéral, "ont permis la saisie de très nombreuses armes et munitions dont le décompte et l'analyse devront être réalisés dans les prochains jours". "Certaines armes présentes sur place étaient légalement enregistrées", est-il précisé. La Libre Belgique précise que cette fusillade mortelle a eu lieu à Merksem, un district de la ville d'Anvers.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Belgique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.